AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rapports du Sergent Jack Deylan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Rapports du Sergent Jack Deylan   Mer 28 Oct - 14:44

Comment est-il arrivé à Rockside? Comment a t-il quitté Rockside? Comment a t-il vécu l'infection de la Terre? Pourquoi a t-il rejoint les BCA?

Vous le saurez... après la pub!

(Nan là je suis en train de rassembler mes posts et je vais les mettre ici)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rapports du Sergent Jack Deylan   Sam 21 Nov - 12:05

Bosnie, 1994.

Le capitaine m'avait conseillé de roupiller pendant notre vol en hélico.
Impossible de fermer l'oeil, surtout quand vous savez que vous allez au feu.
Au feu de l'action, là où vous n'avez qu'une seule chance et même pas deux secondes pour analyser une situation.
Pourtant je m'en était bien sortit. C'est pour cela que j'ai été nommé Sergent.
Bah, ce n'est pas la première fois, j'ai été dégradé à de nombreuses reprises, pour insubordinations et désobéissances. Ouaip, de nombreuses fois j'ai désobéi afin de sauver mes camarade, m'enfin, c'est quand même moi qui prenait tout dans la tronche.
Donc je disais que notre engin filait droit vers un secteur industriel paumé en forêt.
La Bosnie, quel beau pays. Enfin, façon de parler. Première fois que j'y allai.
Nous fûmes accueillis chaleureusement par la population locale; tirs de RPG-7 et de Shilkas dans le rotor.
Echo-1 et Charlie furent abattus les premiers.
J'ai eu plus de chance. La chance, ça existe? Peut-être, mais si c'est oui, c'est que je devais l'avoir.
Nous sommes descendus très bas, proche des arbres, puis avons fondu de leurs radars sans laisser de trace.
J'ai été largué en compagnie de six membres. Je n'appris qu'après par le QG que Echo-1 avait son équipage sain et sauf. Notre mission: les retrouver, puis faire sauter les usines.
Charmant comme programme, non?
Ouais, c'est cool.
J'empoignai mon G-36C (oui à l'époque, celui qui m'accompagnera jusqu'à Rockside.)
Je fis quelques pas, suivant notre cher capitaine.
Notre UH-60 était repartit. Nous étions sous la pluie, dans la boue, dans la forêt.
Je n'éprouvai pas vraiment la peur de tomber en embuscade. J'étais nerveux, c'est tout.
Foley était en tête, il éclairait la route en direction d'une fumée qui sortait de la forêt, où déjà plusieurs unités ennemis devaient converger.
Il fallait se dépêcher, l'équipage ne tiendrait pas suffisamment longtemps.
Après quelques minutes de marche rapide et tactique, je me collai à un arbre, scrutant une clairière. Une clairière creusée par la carcasse de l'hélico. Il y avait des pins en feu de partout, au centre, l'engin, le cockpit dans la boue, en face les corps alignés des pilotes, derrière des débris retournés, des soldats prêts à faire feu.
Notre capitaine leur fit signe de ne pas tirer, ok, ils nous laissèrent passer.
Les deux chefs d'escouades échangeaient des mots quand soudainement, deux pick-up se garèrent, les pneus crispants dans la boue. Les portières s'ouvrirent bruyamment, des hommes vêtus un peu en civil descendirent, AK-47 en mains.
Je ne pus dire un mot qu'un déluge de feu s'abattit sur notre groupe.
Je me jetas au sol, les balles sifflaient en tout sens.
Josh, le sniper du groupe, visa soigneusement, caché derrière la cabine de pilotage, ouvrit le feu.
Il les tuaient tous un par un. Je ôtas la vie d'un de mes ennemis d'un tir dans la poitrine.
Du sang gicla sur la portière droite du véhicule.



HRJ: SUITE APRES, j'ai pas le temps pour le moment. J'éditerai.

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rapports du Sergent Jack Deylan   Mer 23 Juin - 14:16

Bosnie, 1994, suite de l'opération Zeus.

De la fumée montait vers les cieux, le soleil se levant derrière.
Les usines n'étaient plus qu'un tas de ruines brûlants...
Jack jeta son arme vide au sol, contemplant le désastre.
Les autres membres de l'équipes étaient soit morts, portés disparus, capturés ou bien évacués. Il ne restait que Deylan.
Sur le ciel inondé de rose se détachèrent deux points noirs: des hélicoptères venus chercher le soldat Jack Deylan... sergent Jack Deylan, pardon.


*** Retour au bercail.
J'étais plutôt content, mais des cauchemars hanteraient mon esprit pour toujours... la baïonnette plantée dans la gorge du drogué... le bruit de succion qui s'était ensuivit, la lame restée coincée dans la blessure...
Puis aussi la tête de mon pote qui avait explosée après qu'il ait perdu ses bras... horrible.
J'ai fermé les yeux, je n'ai jamais pleuré... pleurer c'est chier son chagrin, en mettre de partout. C'est dégueulasse. Je préfère le garder en moi. ***
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rapports du Sergent Jack Deylan   Mer 23 Juin - 15:05

Une semaine avant l'arrivée à Rockside, 16h45.

Jack marchait dans le couloir de la grande base.
L'atmosphère était lourde est pesait sur tout le monde, une ambiance
électrique flottait dans l'air et on sentait l'orage approcher.
Plusieurs soldats et gardes s'étaient équipés comme si quelque chose
allait arriver... armés jusqu'aux dents, ouais.

*** Le colonel ne pouvait pas être plus clair, même si j'avais rien
pigé.
En gros on devait se rendre à un complexe scientifique appartenant à
Umbrella. D'après lui des terroristes d'une rare violence (des drogués)
s'était emparé du secteur et avait prit en otage des civils.
Facile!!
J'étais parti du camp avec la conviction de finir cette mission en une
soirée. Dur de croire que j'allais y rester quelques années de ma vie!
Fuck j'aurais dus dire, puis rester chez moi avachi devant la télé!
Mais on ne peux pas revenir en arrière dans ce genre de boulot...
dommage. Nous avons été largués en parachute au-dessus d'une zone
forestière où aucune âme ne vivait. Aucun trafic aérien... j'aurais pus
le deviner... en lisant la peur sur le visage du colonel quand il
m'avait cité l'objectif. On sentait qu'il savait que ses hommes
n'allaient pas
revenir. ***

Le largage fut accompli avec plusieurs précautions, malgré quelques
railleries échangées entre les soldats du genre "et ta femme, elle va
bien?" ou bien "j'ai une perm' après cette mission, je pourrais voir mes
gosses".
Jack n'avait pas trop saisit ce que lui avait dit un des gars chargés de
l'opération...
"Surtout, visez la tête, ne vous faites pas mordre.
Bonne chance!"

Puis ce fut le grand plongeon.



*** Par chance j'avais pus me diriger et effectuer un superbe atterrissage dans un tas de boue.
Nous nous sommes regroupés, mais il manquait un homme. La lune était haute dans le ciel et illuminait la scène.
Un hurlement inarticulé déchira l'air. Tout le monde retira la sécurité de leurs armes.

"Bordel c'était quoi?
-Jim! c'était Jim!
-On verras bien, allez on avance!"

Le petit groupe trouva l'entrée du complexe, un truc genre bien craignos, une espèce d'entrée qui s'enfonçait dans le sol.
Un gémissement fut poussé dans les bois alentours. J'essayais de me convaincre que c'était juste le vent qui soufflait entre les arbres.
Pour la première fois, je ressentis la peur. J'avais l'impression de n'être qu'un gamin qui a pense qu'il a un monstre sous son lit ou dans le placard.
Mais merde! c'est juste le vent!
Et non, je tiens à vous rappeler qu'on avait affaire avec des terroristes drogués, et non des enfants de joie...
Alors c'est qui ce type qui marche comme un alcoolique et qui pousse des gémissements comme si on l'aurait castré?
C'est un... non... un zombie. Comment je le sais? simplement qu'il vient de se jeter sur l'un de mes hommes et qu'il vient de lui planter ses longues dents dans sa nuque.
D'autres gars qui traînaient du pieds vinrent nous encercler, sortant des bois. Nous étions acculés à l'entrée qui s'enfonçait dans les ténèbres. Avant d'avoir put comprendre ce qui nous arrivait, l'un des soldats se mit à tirer, soit par la trouille, soit parce qu'il savait.
Le cercle se faisait plus petit, se resserrant sur mon groupe. Quelques un tombèrent sous les coups des fous. Nos tirs ne faisaient rien, et ils ne reculaient pas!
C'est là que mes jambes se sont mises à trembler, c'est là que j'ai crié:

"On s'arrache! tous dans les bois!"

Grossière erreur qui conduit à la perte les survivants. Nous nous sommes enfuis en courant comme des dératés, dérapant sur des racines, se prenant des branches dans la tête... Je ne savais pas où aller... je voulais rejoindre la civilisation, trouver une route, un véhicule, me tirer d'ici!
Je me retourna pour voir mon pote Joe se faire attraper la jambe par un de ces zombies qui était tapis dans l'ombre. Il m'adressa un dernier regard -un regard de pité- avant d'être tiré derrière un buisson.***

Jack fit un bond puis dérapa sur une petite pente, il se retrouva sur un route.
Une veille bagnole était garée là, contre un poteau électrique. Il monta à bord. Pas de clefs, et les zombies approchaient en trainant du pieds. Ils étaient une dizaine, et quelques uns éparts sur la route qui s'éloignait. Alors que Deylan se demandait si il y avait une vie après la mort ou si il allait mourir lentement ou bien très lentement, des phares puissants éclairèrent les monstres, puis la tête des créatures volèrent en miettes, des tirs de mitrailleuse lourde les déciment tous, les faisant valser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rapports du Sergent Jack Deylan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rapports du Sergent Jack Deylan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche de présentation de Jonathan "Jack" O'Neill
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» Jack Skellington
» fiche technique jack rellon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil : Echoes :: TABLEAU DE BORD :: INFORMATIONS :: JOURNAL DE BORD-
Sauter vers: