AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deirdre E. Stoker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deirdre E. Stoker

avatar

Nombre de messages : 51
Âge Réel : 24
Date d'inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Deirdre E. Stoker   Ven 12 Aoû - 23:26




Deirdre Elena Stoker

« If I had a heart I would love you... »


19 ans; Canadienne;  Neurtre; Orientation Inconnu ; Aucune spécialisation





Votre Psychologie

Mélancolique et peu bavarde, on la remarque généralement dans un coin tranquille à faire des tâches, à rêver ou à dessiner. Du genre à passer inaperçue, Deirdre s'intègre mal aux discussions. Trop timide, elle préfère donc rester légèrement à l'écart et écouter. Ce n'est pourtant pas les sujets de conversation qui lui manque. C'est seulement qu'elle ne sait pas vraiment comment discuter avec les gens. Cela tient en fait d'un autiste léger diagnostiqué durant son enfance. Elle se sait différente, sans nécessairement en comprendre toute la portée. La socialisation est donc plus ardue pour elle. Toutefois, si une personne se donne la peine de la regarder, elle se surprendra à lui sourire gentiment, sans pour autant lui adresser la parole. Elle imite les conventions sociales par observation plus que par réelle compréhension.

Sa mémoire, elle n'en connaît pas encore les limites. Alors elle se gave de toutes les informations possibles sur tout et rien. Elle aime donc s'occuper la tête et les mains. Autrefois étudiante, Deirdre était reconnue comme une surdouée qui s'intéressait principalement aux arts et à la programmation. Avec cette éclosion bizarre, elle délaissa la programmation, les accès aux ordinateurs étant plutôt réduits, et se concentra d'avantage sur les arts. En effet, l'art ou le dessin plus spécialement est ce qui la maintient calme. Jamais la demoiselle ne va à un endroit sans un cahier pour dessiner. Que les pages soient vierges ou non, une feuille est une feuille. Elle a d'ailleurs l'étrange obsession d'esquisser le portrait de ceux qu'elle rencontre. C'est sa façon à elle de gérer son anxiété et son insomnie face à toute cette situation. Le dessin est réellement sa bouée de sauvetage. Elle a également la tendance à redessiner, encore et encore, son meilleur ami. Espérant presque qu'il revienne à la vie à travers ses dessins. Par ailleurs, certaines pages sont même remplies de dessin de ses infectés qui sillonnent les villes en grand nombre. Infectés qu'elle essaie, comme tout le monde, de comprendre en les étudiants à travers le dessin et les histoires qu'elle peut entendre. Rassemblant ainsi un bon nombre d'informations à travers son cahier qui ne fait que s’épaissir.

Les adultes avertis trouveront que la demoiselle est particulièrement naïve et un peu trop inconsciente de son entourage. Toutefois pour certain cela demeure rafraichissant, bien qu’étrange. Une fois qu'elle se sent à l'aise avec une personne, on découvre une demoiselle honnête et franche, qui apprécie les gens et la discussion. Dei n'est pas très courageuse, mais fera toujours son possible pour ne pas être un poids pour les autres. De par son intelligence et sa curiosité innée, elle apprend très rapidement et de ce fait adore créer, particulièrement des pièges. Elle n'en a rien à faire que ce soit des pièges pour les infectés, pour les animaux ou pour les humains. Dei n'a pas de rancune ou d'animosité envers les hommes, ou qui que ce soit. Elle traite tout le monde sur un même pied d'égalité. Elle peut parfois manquer d'empathie à cet égard.

Votre Physiologie

Deirdre est petite, délicate. Un véritable poids plume, qui semble plus tenace qu’elle n’en a l’air. C’est à ce demandé comment c’est possible qu’elle soit encore en vie. Elle possède une chevelure rousse et des yeux d’un bleu comme les glaciers. Son visage est généralement sans émotion, si ce n’est qu’une expression curieuse ou pleine d’incompréhension. Dei est l’innocence même dans son physique. Elle n’a rien de particulièrement athlétique, bien que la course et son cardio se soit amélioré vue les circonstances. Elle porte toujours son manteau rouge écarlate qui ne passe aucunement inaperçu. Sinon, ce sont des jeans et des bottines de cuire qui chaussent ses pieds. Autrement, elle a un sac de randonné dans le dos qui contient bien des surprises. Il s’agit principalement de chandails de laine, de cahier, de notes, de cordes et de crayons. Une bouteille d’eau s’y ajoute avec quelques vivres qui ne la feront pas tenir bien longtemps encore. Autrement, elle est armée d’une unique pelle de métal qu’elle traine absolument partout.  

Votre Histoire

Avant toute cette histoire, Deirdre est dans la province de la Colombie-Britannique, dans la ville de Vancouver. Ses parents étaient des gens simples qui gagnaient bien leur vie. Son père était un directeur d'un complexe hôtelier de luxe et sa mère une enseignante au primaire. Elle n'avait ni frère, ni sœur, seulement un gros chat et peu sympathique à la base. Petit à petit les parents de la demoiselle, surtout la mère, remarquèrent le comportement étrange et distant de leur fille. Dei n'avait que peu d'amis, voir aucun. Pourtant elle était docile, calme, rien à voir avec l'enfant à problème. En la faisant examiner par divers spécialistes, ils se rendirent compte qu'elle avait une forme d'autisme. Lui rendant la vie difficile quant à la socialisation avec les enfants de son âge ou simplement les inconnus. Ce ne fut pas un problème outre mesure. Avec ses multiples tests, ils se rendirent compte que Deirdre apprenait rapidement et pas qu'un peu. Cela pouvait être des faits historiques, des formules mathématiques en passant par les arts.

Voyant le potentiel de leur enfant, les parents ne lésinèrent pas sur les dépenses en cours privé et autre dans le genre. Une fois qu'elle eut atteint une dizaine d'année, elle fit la demande à ses parents de ne prendre que des cours de dessin. Ce qu'ils ne pouvaient pas réellement refuser. Puis elle continua à s'y exercer, prenant de l'assurance dans son coup de crayons. Chaque esquisses ce faisant de plus en plus près de la réalité. Quand Dei fut satisfaite et qu'elle jugea ne pouvoir apprendre que par expérience, elle mit fin à ses cours de dessin privé. Une fois à l'adolescence, ses champs d'intérêts ne variaient pas. Elle aimait toujours autant le dessin. Cependant, elle prit connaissance d'une forme de résolution de problèmes bien plus amusants que les mathématiques, c'est-à-dire la programmation informatique. Contrairement à l'art, les cours n'étaient pas ce qu'il y avait de plus efficace à son avis. Elle préférait, pour ce cas précis, apprendre par essaie-erreur, en regardant les diverses codes de page web, de système de sécurité informatiques, etc. Au final, elle devint une petite hackeuse plutôt efficace. Il y avait toujours un code à résoudre, à compléter et c'était un lieu abstrait, mais tellement vaste qu'elle ne pouvait qu'y prendre plaisir. Elle sauta quelques années en avant, deux pour être précis et se retrouva vite fait avec les adolescents.

Au secondaire, elle eut toujours autant de mal à s’intégrer. Rien qui ne la dérangeait réellement. Dans sa dernière année de cours, elle n’avait encore que 15 ans. Cependant,  Dei fit connaissance avec un jeune homme aussi normal que l'on puisse l'être. Intriguant et différent, il attira son attention uniquement parce qu'il lui avait souri. C'était une première. Perturber et rougissante, elle était allée se réfugier dans sa salle de classe. Il était nouveau, jamais elle ne l'avait vue. Et s'il avait su, probablement jamais il ne lui aurait souri. Elle se savait différente, bizarre. C'était aussi ce que les autres disaient ou pensaient d'elle. Concentrée à fixer le vide, attendant le début du cours, il vint s'asseoir au bureau à sa droite.

– Bonjour, je suis Robin.

Deirdre le regarda à peine du coin de l'oeil, alors que les autres élèves entrèrent. Un garçon de la classe s'adressa au nouveau.

–Hey le nouveau.. Ce n'est pas la peine de parler avec Deirdre. Elle ne ne répondra jamais. Pas vrai la miss ? déclara l'élève en penchant son visage devant celui de la demoiselle.

Sans changer l'expression de son visage, qui était complètement neutre, voir blasé, elle attendit qu'il parte en baissant les yeux sur son cahier de notes. Sa main s'afférait déjà à esquisser sur le coin supérieur du carnet.  

–Ça va, laisse la.. Je suis patient.. rétorqua Robin en adressant un dernier sourire à la demoiselle.

Le cours se poursuivit comme tous les autres cours de la journée en passant par le diner et les pauses toujours trop courtes selon la plus part des adolescents. À la fin de la journée, elle sentit une ombre la suivre dans les couloirs de l'école. En regardant par-dessus son épaule, c'est Robin qu'elle vit. Elle s'arrêta net et le fixa. De longues minutes passèrent en silence. Ses yeux couleur glacier détaillaient le jeune homme qui souriait, encore et toujours. Sans parole échangé, elle lui adressa un sourire complètement raté et tourna les talons, poursuivant sa route. Robin fit quelques pas rapides et la rattrapa, marchant ainsi à ses côtés. Il brisa finalement le silence au bout de quelques mètres.

–Tu permets que je te raccompagne? En silence si tu le souhaites... Bien que j'aimerais entendre ta voix.

Resserant les ganses de son sac, elle haussa les épaules en laissant aller une grande expiration.

– Je ne prends pas le bus..
– Oui ! Elle parle ! Victoire ! Ça me va, je te suis.
– Pourquoi?
– Parce que tu es différente. Plus jeune que nous. Et puis vue les « gribouillis » de ton carnet, tu as tout un talent.
– Hmm... différente.. Tu veux dire bizarre?
– Non. Différente. Du genre gentille, qui ne juge pas. Un peu timide c’est sûr, mais sinon ça va.

Fronçant les sourcils, la demoiselle se demandait bien comment il pouvait savoir ou penser qu'elle était gentille et qu'elle ne jugeait pas sans la connaître. La discussion se poursuivit, il parlait plus qu'elle évidemment, mais leur relation prit son départ à ce moment. Il s'agissait pour elle, d'un moment plutôt unique et inconnu. Elle se sentait normal, même en étant consciente de sa différence. Ils développèrent tous deux une relation plutôt exceptionnelle. À un point tel, où un simple regard suffisait pour qu'ils se comprennent.
Quelques temps à peine plus tard, elle et lui emménagèrent à Montréal. De bonnes universités s’y trouvaient, McGill entre autre. La demoiselle s’inscrivit en génie informatique, prenant des cours de génie généraux, de chimie de base et autres pour passer le temps et l’ennuie. Rien ne l’aurait préparé à la suite. Son meilleur ami, quant à lui, étudiait en plein air et faisait régulièrement de la randonnée. 2012 vint et c’était simplement une catastrophe, le chaos. Cherchant à s’isoler le plus possible, elle perdit de vue son seul repère une humain, son meilleur ami. Elle avait fait de certain toit son abri pendant un temps. Elle bougeait régulièrement, sans jamais trop savoir où elle s’installerait. Avant de finalement trouver un lieu bien en hauteur dans un bâtiment en construction, ayant créé quelques pièges afin de protéger l’endroit et pouvoir se reposer un minimum.
.





Vos Informations Supplémentaires

Équipement :
Tout et rien, elle ramasse sur son passage.

Points de compétences :
Génie informatique, ingénieur à ses heures pour la création de diverses pièges.

Spécialisation d'arme :
Une pelle de métal sa compte ?





Vos Informations



Pseudo :PetiteAlix
Âge : 23
Avatar : Saoirse Ronan
Fréquence :7/10
Commentaire :bloup
Code du règlement :
Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
 
Deirdre E. Stoker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Vampires) Bram Stoker / Dracula
» Deirdre of the Sorrows : These lines the last endeavour to find the missing lifeline
» Deirdre Weatherfall || The Second (and the best) ♠
» Oyez Oyez le mythe de Deirdre et des douleurs.
» (deirdre) you'll rise, i promise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil : Echoes :: INFORMATIONS PRIMAIRES :: IDENTIFICATION-
Sauter vers: