AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hight School Of Death [Mission Hebdo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel de Lioncourt

avatar

Nombre de messages : 1023
Âge Réel : 27
Date d'inscription : 06/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 5
Age du Personnage:
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Ven 6 Mai - 4:07

Hight School Of Death


[Gab] Vous vous moquez de moi ? On à faillit y rester à trois et vous voulez que je commande une escapade champêtre pour récupérer des vivres dans cette université ? Je vous ai déjà fait mon rapport là dessus, pas de traces de vies humaines, seulement des restes d'une ancienne cache de survivant qui hantent maintenant les couloirs de cette même université...
En plus vous comptez m'adjoindre des civils, un homme est mort là bas, un Sergent qui plus est, et si je n'avais pas été aidé par cette femme de l'ordre de Malva je ne sais pas vraiment si moi et Ashley serions encore de ce monde.

[Gradé du Sanctuaire] Nous comprenons votre désaccords, néanmoins nos conditions de vies ne sont pas les mêmes qu'au Pentagone, ici vous devez respecter une dose de nourriture quotidienne, ne pas utiliser d'eau sans permissions et je ne vous parle pas des médicaments. Nous ne nous suffisons pas à nous même, et vu l'afflux d'hommes et de femmes qui arrivent par bateau tous les jours, si nous voulons continuez à les accueillir et ne pas les laisser se faire dévorer là dehors nous avons besoin de cette expédition.

[Gab] Je comprend tout à fait, mais j'ai besoin de plus d'hommes, ou alors mettez moi des gros bras car je ne pourrais pas défendre le chauffeur seul si nous nous retrouvons dépassés par le nombre d'ennemie.

[Gradé du Sanctuaire] Nous avons trop peu de combattant. J'en suis vraiment très désolé. Maintenant j'ai d'autre personne à voir, aller en salle de briefing et préparé vous, ce n'est pas une mission de tout repos, mais vous saurez en revenir vivant honorable Gabriel. Repos !


Gabriel de Lincourt n'en revenait pas, une mission pour aller chercher des vivres non loin du sanctuaire mais dans une zone d'où il revenait tout juste d'exploration qui avait très mal tourné, le Sergent Miller était mort décapité par un Lickers, et la jeune recrue, Ashley avait été blessé par des débris de verre. Et là, on lui ordonnait d'y retourner avec une camionnette conduite par un civil et pour toute escorte deux autres militaires et assimilés, c'était tout bonnement impensable, bien sur le sanctuaire ne pouvait se permettre d'envoyer beaucoup d'homme sur une mission aussi insignifiante, mais les rues de Tokyo n'était pas aussi sures que celles de Washington, et avec 4 membres en moins envoyé dans un traquenard gros comme l'Empire State Building c'était de la pure folie. Mais les ordres étaient les ordres. Le Capitaine espérait juste voir des gros bras bien armés à ses cotés pour cette mission sinon ça allait être plus que délicat.

Le chef d'équipe qu'il était avait encore 40 bonnes minutes avant le briefing, et au lieu d'attendre bien sagement dans la salle il préférât aller se mettre en tenu histoire d'être prêt à partir au plus vite. Il prit un café au vol en allant à ce qui avait été transformé en armurerie de fortune avec une grosse partie des armes du Pentagone entassé un peu n'importe comment.
Son café fini le gobelet ne tardât pas à toucher le fond d'une poubelle pendant que Gabriel s'habillait, un pantalon noir et une veste en cuir noir bien épaisse pour éviter toute morsure idiote. Une fois les Rangers lassées il récupérât son P90 toujours équipé de son silencieux et de la lampe torche scotché sur le coté, auquel il adjoignît 4 chargeurs. En complément il prit un Desert Eagle trainant sur le comptoire ainsi que 3 chargeurs. À cela il ajoutât juste son zippo et un sac de sport pour transporter plus de vivres sur le chemin du retour.

Une fois prêt il prît un deuxième café en marchant jusqu'à la salle de réunion et remarquât qu'en arrivant même 10 minutes en avance il arrivât devant 3 personnes déjà prêt à l'écouter, pas plus stresser que ça les enfants, en parlant d'enfant il vît une jeune homme, pas plus âgé qu'un adolescent, mais que faisait il là ? Peut être un de ceux qu'on appel les ABO, les humains qui ont servit de jouets de laboratoire à la firme au parapluie rouge et blanc. Il scrutât légèrement les protagonistes de cette nouvelle aventure qui courraient tous droit au suicide, mais y allaient confiant sans plus de peur qu'un nouveau née. Gabriel sentait un étrange sentiment d'endoctrinement de ces compagnons que lui même n'arrivait plus à sentir avec l'habitude des ans, plus rien maintenant ne pouvait faire revenir le monde comme avant, le seul moyen était de vivre en micro communauté sur des îles paradisiaques et d'aller de temps à autres chercher des vivres sur les continents dévastés du nouveau monde d'Umbrella Corp.
Son café était presque vide, le liquide encore chaud bougeait d'un coté à l'autre du gobelet avec les mouvements de mains de Gabriel laissant ainsi apparaître de temps à autre le fond du gouffre, cela lui rappelait une chanson d'un groupe de rock « le fond du fond, c'est plantafaim sur un piquet » en opposition avec la pub pour le beurre. Qu'est ce qu'il avait pût l'aimer ce groupe, un vestige de l'ancien temps lui aussi, ou tout était plus simple. Il s'éclaircît la gorge, remît ses idées en place et commençât le briefing.


[Gab] Bonjour à tous, je me présente Capitaine Gabriel de Lioncourt, ex responsable de la défense du Pentagone. Je vais vous expliquer le plus brièvement possible la situation, nous avons 10 minutes d'avance essayons de ne pas les perdre, plus vite nous partons, plus vite nous serons de retour au sanctuaire bien au chaud.
Comme vous vous en doutez, si nous partons explorer les alentours c'est que nous commençons a manquer de place, nous ne sommes pas tous d'ici, la plupart du Pentagone qui était une méta structure, et je me félicite que malgré les pertes encourut lors de l'attaque nous soyons encore si nombreux.
Notre objectif est l'université à 2km au Nord du Sanctuaire, le but est d'y récupérer les vivres entreposées par d'anciens survivant, j'y suis allé il n'y à pas longtemps et il y a du stock je peux vous l'assurer, en revanche comme c'est une zone fraîchement reprise par les créatures d'Umbrella nous auront du boulot d'assainissement à faire aussi. Prenez l'équipement qui vous convient, en revanche je veux que chacun prenne un sac de sport vide pour y mettre le maximum de chose une fois sur place, car ce n'est pas arrivé sur la zone qu'il faudra me dire « j'ai plus de place », enfin, si vous ne voulez pas prendre des balles dans les pieds.
Pour toutes questions écrivez les, et vous me les poserez dans le camion, on s'y retrouve dans 25 minutes pétantes, pas de retard, pas de surpoids, juste de l'équipement de combat et comme ça les vaches seront bien gardées.


Bien sur en bon Capitaine, Gabriel n'avait pas fait par de son ressentiment vis à vis de la mission, de toutes manières si cela se passait bien il n'y aurait pas eût besoin de s'inquiéter, et si cela se passait mal de toutes façons ils s'en rendraient bien vite compte une fois entouré par une ordre de zombies et autres créatures infâmes de la société dîtes autrefois pharmaceutique. Gabriel réfléchissait à l'arrière du camion attendant les 3 autres soldats qui devaient l'accompagner. Il entendait justement des bruits de pas arrivés, il armât son P90 et c'était maintenant que la mission commençait vraiment.

XP:6.5, noté par Alex

_________________

===
Ma Fiche === === Mon inventaire ===
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Ven 13 Mai - 8:22

    Il n'y avait pas le feu. La minuscule salle d'eau du petit appartement se trouvait totalement embuée par la vapeur, à laquelle avait contribué cette douche qu'elle venait de prendre. Encore enveloppée dans sa sortie de bain, les cheveux en monticule sur le haut de son crâne entourés d'une serviette éponge, elle ouvrit la fine porte qui la séparait de sa chambre avec sa jambe gauche pendant que ses bras s'activaient grandement à essuyer sa peau. Encore quarante petites minutes avant de partir. Toujours pas le feu. Notre agent au féminin sortait méticuleusement sa tenue de sa garde-robe, prenant la peine de ne pas froisser la moitié de ses chemisiers cintrés. Tout résidait dans le maintien du calme et du sang-froid. C'était la toute première mission à laquelle Casey allait prendre part en plein cœur de Tokyo, il lui semblait aussi que c'était sa première fois en Asie tout court. Elle connaissait l'Europe, l'Océanie et l'Amérique, mais l'Afrique et l'Asie lui étaient encore de belles inconnues à ses yeux. Il lui fallait faire bonne impression à son équipe, même si elle connaissait déjà certains membres la composant, comme Chris avait lequel elle travaillait activement pour le BSAA. Pour le reste, elle était composé d'un jeune civil qui semblait déjà avoir fais ses preuves et d'un ancien héros du Pentagone, connu pour ses faits d'armes. Gabriel de Lioncourt, ancien Lieutenant, reconvertie en gradé au Palais Impérial, ayant mené de grandes batailles contre Umbrella et ses ABO. Fin stratège et meneur hors-pair, on lui confiait maintenant de petites affaires de rationnement. En espérant que son ego ne soit pas touché par ce déclassement brutal, il était maintenant temps pour Casey de se mettre en route pour la salle de briefing. Holsters fermement attachés sur son jean, magasins à la ceinture, ses deux semi-automatiques armés avec crans de sécurité enclenchés.

    Le bureau du BSAA avait simplement déposé une petite enveloppe sur le palier du bureau de l'agent Menakian. Elle comprenait son ordre de détachement spécial sous le commandement honoraire du Capitaine Lioncourt, ainsi qu'une demande d'analyse topographique générale des dix kilomètres environnants de la faculté où ils devaient se rendre. En bonne agent de liaison, Casey avait pris le temps de faire autant de copies des itinéraires possibles et des recherches effectuées qu'il y avait de participants. Les couloirs du Palais Impérial étaient bondés de réfugiés et le slalom s'avérait quasi-sportif pour Menakian qui tentait en vain de ne bousculer qu'un nombre limité de civils. Elle suivait les indications inscrites sur les panneaux sans vraiment les lire, trop occupée à penser à cette nouvelle en territoire infecté. Arrivant devant la salle du rendez-vous, elle tapa trois petits coups secs avant de s'y engouffrer. S'y trouvait seulement le Capitaine de Lioncourt, ce qui était tout à fait normal vu qu'il était à la tête des opérations, en train de siroter un café. Celui semblait serein même si son impatience commençait à se faire sentir de par sa gestuelle. D'un pas assuré, elle s'avança jusqu'à la table à laquelle « siégeait » Gabriel, puis le salua militairement en attendant son repos. « Mon capitaine : agent de liaison Casey Illona Menakian du bureau BSAA Nord Américain. ». Lioncourt commençait à peine de définir les points précis de l'opération. Leur mission : se rendre sur le campus universitaire, investir les locaux de la facultés, en sortir les possibles survivants ainsi que tous les vivres disponibles en un minimum de temps... et de pertes. Sous les recommandations de son supérieur pour cette mission, la jeune femme attrapa un des sacs de voyage présents sur la table pour le déposer à ses pieds. Elle écouta attentivement le « briefing » jusqu'à sa fin pour pouvoir oser prendre la parole.

    « La direction m'a demandé d'effectuer des recherches topographiques des principales artères proches de la faculté. Après une analyse précise de la fréquentation des routes avant et après pandémie, suivie d'une étude géomorpholigique et pluviométrique des lieux, j'ai pu – en collaboration avec les services locaux – établir deux itinéraires à emprunter dans la mesure du possible. Les fluctuations d'ABO y sont relativement faibles et mis à part quelques lickers qui s'y égareraient, nous y retrouverions des groupements de goules, inférieurs à une dizaine d'individus. Mon Capitaine, je ne sais pas précisément quelle route vous avez suivi pour vous y rendre, mais il a de fortes probabilités pour que celle-ci ne soit barrée depuis les incidents ayant survenues après votre replis. ». Elle déposa ainsi une grosse enveloppe en papier kraft sur la table de la salle, qu'elle fit glisser en direction de Gabriel. Son ton était toujours très sérieux dans ce genre de situation et elle restait attentive aux moindres faits et gestes de son supérieur. « Pour en revenir sur un sujet tout à fait tactique et stratégique, l'assainissement risque d'être un peu « ghetto » si je peux me permettre cette expression; n'ayant que deux semi-automatiques, j'espère réellement qu'un spécialiste en fusils d'assaut nous rejoindra, à moins que vous n'ayez assez d'explosifs exothermique à forte concentration de phosphore blanc, ce qui relèverait du miracle en ce moment. Nous pouvons toujours effectuer une petite escale à l'armurerie si nous avons le temps avant de partir. ». En tant que « simple » agent de liaison, Casey était efficace dans son rôle d'éclaireur et d'observation sur le terrain, mais l'élimination au calibre .45 auto s'avérait rapidement impossible, d'autant plus que la plupart des magasins de .45 restant provenait des stocks des forces de police de Washington, employant des cartouches à vélocité moyenne.« Il ne me semblait pas que nous n'étions que deux pour effectuer cette tâche – presque – de routine... ou j'ai mal lu mon ordre de détachement. ».

    XP:6, noté par Alex
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Ven 13 Mai - 19:41

Il était vautré sur son lit ; les yeux fermés. Son ordinateur portable était allumé et l'objet produisait une douce musique. Violon, harpe et voix dansaient avec frivolité dans la chambre de White. Cette mélodie happa l'esprit de l'espion et devint l'hymne d'un monde imaginaire. Un monde inventé de toute pièce, un monde naïf. La gentillesse et la hardiesse étaient devenues tout aussi simple que la méchanceté et la lâcheté. Son corps vibra. Il voyagea sur le dos d'un dragon aux écailles noires. Forêts et plaines défilèrent sous ses prunelles à une vitesse folle. C'était sa dernière liberté, l'imagination. Un loisir pouvant être ôté seulement par la mort, mais pour l'instant, dans ce monde, la mort pouvait être vaincue. Umbrella, les forces de l'ordre, et ces créatures devinrent un rêve d'alcoolique illuminé. Ici, pas d'arme à feu seulement l'honorable tranchant d'un paladin. Il se mit sur le flanc, une main sous sa tempe, les yeux mis-clos. Il se trouva ridicule à s'imaginer guerroyer dans un monde remplit de magie. Dans cet univers, sa dernière parcelle enfantine subsisté, cet esprit datant de l'école primaire était protégé par d'innombrable démon et ange. Les armes à la main, aucun mort-vivant n'aurait osé le toucher. Il était en sécurité, il protégeait ses amours, son roi et ses amis. Malheureusement, l'ordinateur s'arrêta un instant et au lieu de la musique, une horrible sonnerie sortie des enceintes. Son monde se brisa. Bienvenue dans la réalité.

Il appuya sur une touche du clavier, et le tintamarre s'arrêta. Il se leva, il était bientôt l'heure. Quelque os craquèrent sous la pression de ses mains, sur les traits de son visage on pouvait voir une certaine contrariété, nul doute qu'il eût préféré rester allongé à demi-assoupi. Ces gestes furent précis et prompt. Briquet, sac à dos et radio. Il allait laisser son ordinateur dans sa chambre, il n'allait pas en avoir besoin pour cette mission. D'ailleurs, Griffin l'éteignit. Il ajusta les sangles de son sac, sortis, ferma la porte à clé et commença à se diriger vers la salle de briefing. Lorsque tout à coup, il remarqua l'absence de ses armes; l'idiot ! Il fit demi-tour, déverrouilla la porte de sa chambre, l'ouvrit, prit son Bereta et son couteau, ressortit et ferma pour la deuxième fois cette porte. Il devait reprendre ses esprits.

De toute manière la mission avait tout l'air d'être une simple formalité. Dans ce genre de moment White pouvait se montrer des plus nonchalant. Il y avait du monde sur le chemin. L'espion pouvait même perdre son « esprit » militaire, en faîte il s'en débarrassait facilement. Dans les moments difficiles il lui arrivait de retrouver ses petits réflexes de soldat, comme dans sa dernière mission aux états-unies. En tout cas, le peu qu'il sait de sa prochaine tâche avait émoussé sa vigilance. Il marchait lentement, White avait encore envie d'écouter cette musique enchanteresse. Griffin s'arrêta un instant, le visage figé dans un rictus ridicule. Cette université, était la clé ! Il y avait sûrement des milliers de zombis adolescents trainant dans de sombre couloir, aucun changement dans leur vie par rapport à l'avant apocalypse. Cependant, ils possédaient sûrement des Mp3 ! La mission prenait un sens tout nouveau à ses yeux. Il gonfla le torse, et continua sa marche plus décidé que jamais.

Nuls obstacles ne pourront lui faire front, nuls chaînes ne le ralentiront qu'il soit fait de chaire ou de fer. Il était bientôt arrivé. Motivé pour cette mission il n'en était pas plus sérieux. La vérité c'était qu'il avait besoin de se détendre, et ce n'était pas des créatures qui pouvaient lui procurer les massages que réclamait sa nuque. Il s'arrêta devant la porte de la salle de briefing et l'ouvrit. Il lança un salut des plus bref à son gradé, se présenta et alla s'asseoir dans un coin sombre. Il vit une femme brune rentrer après lui, elle avait l'air très jeune. Trop jeune peut-être, mais en tout cas elle avait l'avantage de ne pas être dénué de charme. Si elle avait survécu jusqu'ici c'est qu'elle avait des capacités, Grif' l'espérai. Elle se présenta. Il était en tout est pour tout trois, White, le célèbre Lioncourt et « l'agent de liaison Casey Illona Menakian du bureau BSAA Nord-Américain. « . White trouva d'ailleurs, qu'elle avait un nom plutôt long. Enfin bon, il en savait déjà un peu plus sur elle et cela suffisait.

Gabriel s'éclaircit la gorge sûrement pour attirer l'attention et commença par une présentation inutile de lui, il épilogua un long moment sur la mission. La motivation de White s'ébranla un instant. Il avait fini, et la jeune femme commença, elle-aussi, à discourir. Elle avait l'air de palabrer sur le meilleur chemin à prendre et les créatures du dehors. Elle souleva finalement une question, enfin c'est ce que comprit Grif'. Il se leva :

« deux ou dix, peu importe. Si notre petite société non lucratif pense qu'à trois nous sommes assez pour mener à bien cette mission, on doit faire en sorte que cela soit le cas. » dit-il d'un ton las

« N'ayez crainte, malgré vos quelques printemps j'ai une certitude, vos deux bras valent bien quelques soldats. » continua-t-il à moitié amusé.

Si Griffin allait être foudroyé par une crise cardiaque c'est que l'hypocrisie est dangereuse pour la santé. Il affichait un sourire insouciant, mais son regard vibrait d'une volonté immanquable. Dans son esprit résonna la promesse de Mp3. Il ne laissa personne piper mot puisqu'il continua sur sa lancé, mais s'adressa cette fois si, à son gradé.

« Oh ! Voilà que je ne présente plus. Griffin White d'une entreprise de renseignement aujourd'hui disparu, à vos ordres mon capitaine. » sa voix était loin d'être formel.

Il s'était déjà présenté, mais cet acte avait pour but d'informer Casey. Il n'a pas donné un seul conseil au capitaine, il n'avait pas à le faire. Son boulot ce limitait à l'information, l'infiltration et aujourd'hui au « porte-flingue ». Rien de gratifiant en sommes, mais il avait l'habitude d'ouvrir la bouche lorsqu'il avait une quelconque information, ce qui, en cet instant, était loin d'être le cas. Il n'avait aucune information, de plus il ignorait le lieu de leur mission. Il venait de se rendre compte à qu'elle point il ne faisait pas militaire. Seul ses vêtements pouvaient donner un indice, et encore. Il portait un pantalon de l'armée de terre, un t-shirt vert et un marcel gris. C'était tout, une simple protection contre la nudité.

Griffin avait un certain sentiment de confiance envers Lioncourt, il avait l'air de maitriser la situation. Une question lui vint en tête: « Combien de temps il gardera cette confiance ? ». De toute manière, pour White, tout avait l'air de bien commencer, une mission sûrement sans accroc. Enfin sans accrocs, dans ce monde le « sans accrocs » voulait dire « avec seulement dix cerveaux étalés sur le plancher ». Ces deux personnes qui lui faisaient fronts allaient sûrement mal le voir, mais qu'ils le voyaient étés déjà assez pour l'espion. Griffin ne doutait pas de son utilité, même si en cet instant, beaucoup en aurai douté, ils étaient déjà trop peu pour refuser son aide, aussi douteuse soit-elle. White trouva son poste légèrement réducteur, mais c'était les aléas du métier, en-fait il était certain d'être privilégié. En effet, au moins il n'avait pas à fuir nuit et jours des hordes de monstres.

XP:6, noté par Alex
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel de Lioncourt

avatar

Nombre de messages : 1023
Âge Réel : 27
Date d'inscription : 06/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 5
Age du Personnage:
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Mar 17 Mai - 8:05

Ils n'étaient pas beaucoup, un chauffeur Japonnais qui ne parlait pas un mot d'Anglais, une jeune femme qui était monté avec lui pour lui indiquer l'un des chemins qu'il fallait prendre, et à l'arrière se trouvait avec Gabriel le jeune homme plutôt sympathique qui luiç avait montré trop de respect pour être honnête, il décamperait surement au premier signe de danger mais c'était normal après tout un brin humain, à l'humanité cette grande race qui dominait le monde, à bah ça maintenant pas de doute on domine le monde mais plus trop sous la forme d'humains normaux.

Le camion avançait doucement et tournait souvent, cela rappelait sa jeunesse à Gabriel, jeune militant politique à coller des affiches, 3 devant et 5 à l'arrière du camion à slalomer entre les sceaux de colle et les stock d'affiches aux slogans tous plus inquisiteurs les uns que les autres. C'est plongé dans ses souvenirs que Gabriel sentit le choc, un Crimson Head venait de se jeter violemment contre la camionnette, Gabriel pouvait entendre le Japonnais s'énerver.

Le fourgon s'arrêtât et Gabriel comprît pourquoi en descendant, il y avait une douzaine de zombies affamés qui les attendaient de pieds ferment, si on pouvait encore utiliser cette expression pour des marcheurs solitaires.


[Gab]- Aller les enfants, il faut déblayer ça avant de passer, ils ne sont que 9 sur le chemin, j'en prend 4, partagés vous les 5 autres.

Gabriel armât sans tarder son P90 sans prendre le temps d'allumer la lampe torche, le soleil brillait encore haut au dessus des building donc aucune raison d'utiliser les piles sachant que toutes ressources se trouvent être rare dans cet univers post apocalyptique, mais ça beaucoup semble l'oublier et n'hésite pas à utiliser allégrement toutes les ressources pour leur propre confort...

Spoiler:
 

Gabriel tirât une salve de 8 balles vers ses adversaires sans trop prendre le temps de viser correctement étant donné qu'avec un P90 il était relativement inutile de faire du coup par coup. Seulement la moitié de ses balles touchèrent des zombies, mais ceux si étaient suffisamment en mauvaise état pour tomber à terre. Tout le monde était au combat quand Gabriel vît une ombre comme lors de sa dernière mission, l'image de Miller lui revînt en tête il le secouât plus ou moins.
Une fois les monstres achevé ils débarqueraient tous les 3 devant l'université et de là devrait faire vite pour chercher tout éventuelle survivant en se séparant dans le sous sol, le rez de chaussé et le première étage du bâtiment.

2 XP (36 lignes) + 1,5 XP + 4x0,2 = 4,3 XP - Selena

_________________

===
Ma Fiche === === Mon inventaire ===


Dernière édition par Gabriel de Lioncourt le Mar 17 Mai - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MJ-2

avatar

Nombre de messages : 134
Âge Réel : 92
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Mar 17 Mai - 8:05

Le membre 'Gabriel de Lioncourt' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

#1 'Créatures' :


--------------------------------

#2 'Action!' : 43, 64, 2, 96, 44, 93, 9
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Mar 24 Mai - 5:58

    Les remarques de ce Griffin White ne l'avait que trop peu amusé, même si cela partait d'une bonne intention; seulement, prendre la parole pour en venir à faire comprendre à une femme encore en forme qu'elle fait sûrement plus vieille que son âge, c'était toujours sympa à prendre pendant un briefing. Être envoyée au casse-pipe et se faire lyncher, ça ne lui plaisait pas plus que cela. Après toutes mesures, il n'y avait pas de quoi le prendre mal et Casey oublia tout de suite la possibilité de caser deux cartouches dans ses bijoux de famille : on a le sang chaud dans sa famille. Elle le fusilla du regard, les yeux à la limite de pointer vers le ciel. Grande gueule mais semblant à l'écoute de ce qui l'entoure, ce White n'avait apparemment pas l'air d'être un goujat. « Bien. White, attrapes un sac également, avant que je vienne te botter les fesses avec mes vingt neuf ballets... ». L'agent Menakian prit la direction de la porte de la salle, la petite sauterie entre membres de l'équipe étant bouclée, avec un petit rire et le sourire qui allait avec. La fine équipe s'engouffra dans le véhicule préparé pour l'occasion à se rendre à l'université. La première partie du voyage se fit sans le moindre encombre, tout le monde restant silencieusement concentré sur l'objectif visé. Casey, qui se trouvait à l'arrière du fourgon, pensait paisiblement au retour, la main droite sur son arme, encore rangée dans son holster. Ayant pleinement confiance en son équipement, elle devra sûrement en user durant leur petite marche digestive à la faculté... apparemment le sort en avait décidé autrement et la camionnette ralentit sa course pour s'arrêter au milieu de la route. Gabriel était déjà sortie, dégainant son arme en cowboy effarouché et se mettant à défourailler sur les sacs de chaire putride stagnant en plein dans le passage. * Super l'itinéraire... si on reste trop longtemps ici ça va pas le faire.* « Lioncourt, faut qu'on fasse vite. Le quartier est pas très fréquentable ! ». Effectivement, n'avait-elle pas eu le temps de parler que trois autres goules firent leur apparition à huit heure, à environ cinq mètres de sa position. C'est dans la foulée qu'elle voulut dégainer son arme [2 + 10 dextérité = râté!]... mais rien à faire, la protection de son holster ne voulait pas lâcher l'affaire sous les tentatives acharnées de la jeune femme... Rien n'allait pour tout dire : alors que la manœuvre devait consister en un simple déblayage, un membre sur trois se trouvait déjà en position délicate.

    Cette odeur nauséabonde de mort ne faisait qu'empirer à mesure que les trois zombies approchait de Casey; plutôt un des trois, qui se trouvait à une distance suffisante pour lui agripper le bras [89 + 0 agilité = réussite moyenne], ce qu'elle put éviter de justesse alors que la goule tenta de lui asséner un coup de griffe direct. « Les mecs : il va m'arriver des bricoles si vous ramenez pas vos p'tites tronches rapidement ! », c'est tout ce qui lui passa par la tête au moment où elle se rendait compte qu'elle était presque acculée contre un mur d'une ancienne bâtisse en ruine. Le stress la tirait dans ses derniers retranchement; elle avait déjà joué avec les feux jusqu'au point d'avoir de sacrés ennuis, mais là c'était bien le pompon... Seule solution : longer le mur en évitant les attaques à répétition pour tenter de trouver une position plus sûre. Misant tout sur sa condition physique, la jeune femme se mit à courir [29 + 20 endurance = échec relatif] le plus vite qu'elle put, mais les débris lui barrait trop la route et à force de sauter et de grimper sur es quelques pans de murs abattus, notre agent s'essouffla plus rapidement que prévue, donnant tout ce qui lui restait pour se cacher dos contre un morceau du bâtiment, mesurant bien un mètre soixante dix de hauteur. Les zombis la suivant se trouvait à une quinzaine de mètre derrière elle, ce qui lui permis de reprendre sons souffle ainsi qu'un semblant de confiance pour dégainer son arme et viser en direction de la première goule, à peine distante [68 + 10 = 78; 60 – 15 = 45 dégâts; 45/15 = 3; mort]... la balle fusa du canon en direction de la trachée de la bête, qui s'effondra sur le sol sans aucun râle. Sa dépouille en vint à faire trébucher les deux autres : le premier se fractura le col du fémur, rampant maintenant en direction de la position de la jeune femme. Le second se releva tant bien que mal, poussant avec le seul bras qui lui restait sur le tronc. Visualisant un peu les environs, Casey tenta un repli en direction de la camionnette, empruntant une fenêtre totalement explosée et donnant sur la route, à deux mètres de sa position. Se relançant une nouvelle fois dans un sprint [36 + 20 endurance = réussite moyenne], elle put aisément prendre place derrière une porte ouverte du fourgon, depuis laquelle elle pouvait voir la majeure partie des goules présentes. Un des individus du groupe – que Gabriel avait déjà bien entamé – errait au milieu de la route, ne sachant pas vraiment ce qu'il voulait faire : cible facile. La détonation du coup de feu raisonna sur tous les murs environnants, comme celle du deuxième tir provenant du deuxième USP 45 de la jeune femme [49 + 10 = 59 & 42 + 10 = 52; 60 – 15 = 45 dégâts; 45/15 = 3; mort]... ce petit son d'os explosant sous la pression de la cartouche se fit entendre lui aussi.

    Les deux douilles retombèrent sur le sol et glissèrent sous la camionnette, encore fumantes. « Encore une fois : on est jamais mieux servit que par soi-même ! »; petit message à destination des deux réservoirs de testostérone qui lui servaient d'acolytes. Un simple petit pic, accompagné d'un rire et d'un air béa, les yeux grands écarquillés alors que la jeune femme rangea une de ses deux armes pour se passer la mèche de cheveux qu'elle avait sur le front derrière l'oreille.


    Noté par Gab : 4exp pour 75 lignes + 1exp orthographe + 0.5exp contexte (erreur de lecture Wink ) +2*0.2exp des monstres.
Revenir en haut Aller en bas
MJ-2

avatar

Nombre de messages : 134
Âge Réel : 92
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Mar 24 Mai - 5:58

Le membre 'Casey I. Menakian' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

'Action!' : 2, 83, 29, 68, 36, 49, 42
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Mar 24 Mai - 9:48

Se faire « botter le cu » ? Griff' trouvait amusant les êtres impulsifs, comme le capitaine Ramirez. White fit une courbette maladroite le sourire aux lèvres. Il se retourna et marmonna quelques mots incompréhensibles. Plus tard, comme par magie, il se retrouva dans une boite de ferraille roulante. C'est dans un de ces engins qu'il trouvera la mort, White en était certain. Il avait peur des voitures, des avions et des navires. Il tenta de ne rien laisser paraître, mais pour se calmer il ferma les yeux pour dormir. Cette feinte à sa petite frayeur marcha puisqu'il s'endormit. Malheureusement quelques minutes après, on le réveilla pour descendre. Il était encore à moitié endormit si ce n'est pas plus. Il enchaîna quelques bâillements incontrôlé alors que ses deux compères allaient de leur commentaire à tour de rôle. Il vit deux ou dix zombies foncer vers lui, ils étaient trop troubles à ses yeux pour pouvoir être dénombré avec précision.

Il devait trouver son arme ! Une pensée devenue réflexe depuis l'expansion galopante du mouvement culturel mort-vivante. Il posa alors son sac par terre et l'ouvrit, son Bereta ou son revolver se trouvaient quelque part à l'intérieur. Il devait se trouver un de ces objets que l'on porte à la cuisse, une sorte de fourreau à pistolet.

Spoiler:
 
Il farfouilla en vain, brosse à dent, ordinateur portable, tiens toujours allumé ? Du shampoing et du savon, sa trousse de toilette était éventrée dans le sac et malheureusement sa crème hydratante avait tout dégueulassé. Combien de temps allait-il passé pour tout laver ? Il pouffa d'ennui. Le nez dans son sac il continua à chercher. Le zombie s'approcha à grand pas, la bave aux lèvres. Il n'allait pas trouver son arme à temps.

Spoiler:
 

Au moment même où il sentit un filet de bave coulé sur le long de son cou, il s'excusa et fit quelques pas de danse d'un raffinement dû au hasard. Un tournoiement, une esquive qui laissa le zombie pantois. Il continua la recherche de son Bereta. il fut surpris par la profondeur de son sac. Se pourrait-il que cette chose noire soit ?

Spoiler:
 

Voilà c'était bien ça, son Bereta ! Le combat pouvait commencer, d'un coup il ferma son sac et le remit à l'épaule. Il se releva et trotta à reculons, car deux zombies lui courraient après. Il était aimé chez les morts. Il visa le zombie le plus proche, difficilement, il n'était toujours pas bien réveillé. Il fit feu.

Spoiler:
 

Sa balle fila dans les airs, perça la peau et broya la chaire de la bête qui mourut sur le coup. Un coup de chance parce que le zombie mort, n'était pas celui qu'il avait visé. Il n'a pas remarqué que le second monstre s'effondrait sous la puissance de son arme. Il maudit alors sa somnolence. Il tira de nouveau.

Spoiler:
 

Enfin son ennemie chuta. White fut soulagé, et il fut tout aussi surpris de trouver l'autre zombie étalé par terre. Il s'est dit qu'une tierce personne l'avait tué, et il ne s'en est pas préoccupé. Lorsqu'il remit son arme dans son sac il entendit la seule femme du groupe lui lancer une pique, enfin, lui et Gabriel. White bailla donc, avant de prendre la parole d'un ton mi-amusé, mi-ensommeillé:

"Ton service est particulièrement efficace ? J'ai enfin trouvé ma secrétaire ! "

Les trois compères rentrèrent à nouveau dans le camion. White tenta de s'endormir une nouvelle fois.

Spoiler:
 

Satané moteur diesel ! Trop bruyant pour ses oreilles, et maintenant qu'il s'était réveillé il n'arrivait plus à retrouver le sommeil. Infernal, il allait devoir supporter le voyage, encore. Pourquoi ses missions ne devaient pas se passer à domicile ? Un peu comme un informaticien, on lui ramènerait le "taff" dans un entrepôt et Griff' s'occuperait d'interroger les prisonniers ou de tuer les zombies. Quel plait. Le paysage défila sous le regard de White.

Étonnant, une atrocité pour les uns est une bénédiction pour d'autres. LA fin du monde ? Quel blague ! C'était quoi ce spectacle, ces peintures, toutes ces couleurs qui éblouissaient White. Septembre, peut-être octobre, on était en automne au Japon. Si l'humanité a flétris, la nature jouissait aujourd'hui de cette apocalypse.

Dans les rues de Tokyo, les arbres chantaient. Rose, orange, jaune, vert et rouge. Des couleurs si chatoyante, vivait-il réellement dans un monde post-apocalyptique ? Où son les déserts morbides. Cette nécropole, la ville respirait la vie. Comme à Tchernobyl, à l'époque. La nature prit la terre délaissé par les hommes. Les couleurs se superposaient, tendrement le feuillage de chacun caressait leurs voisins. Il n'avait jamais vue un tel paysage, non, il ne l'avait jamais remarqué. Il venait d'ouvrir les yeux. C'était une forêt, composé de tronc marron où à leur sommet trônaient des pompons de teinte mandarine, rosé, cramoisie, doré et émeraude. Le vent fit valser leurs robes extravagantes et chaque feuille chantait.

White souriait, sincèrement. Un beau sourire qui éclaira ses yeux. Un peu d'art pour éveiller l'esprit. Il laissa son esprit voyagé à travers ce ballet coloré, en oubliant que seulement en dessous les zombies étaient toujours là. Il revint à la réalité. Il était heureux, simplement. Il avait une violente envie de discuter, alors il parla:

"Tokyo est un grenier, mais j'ai peur que nous arriverons bientôt à la fin. Je doute qu'on tiendra une éternité à piller les cantines des universités. Avons-nous des vergés ? Après tout, on sait tous à quel point nos anciens concitoyens ne sont pas végétariens et j'en ai marre des boites de conserve. Ce n'est pas que je n'apprécie pas les féculents, mais disons qu'une ou deux pommes seraient agréables. Sérieusement, en voyant les arbres à l'extérieur, je m'étonne qu'il n'y est pas de mission de cueillette. Cela serait risible et après ça, un pic-nique entre deux tas de zombies. Une scène ravissante terminé par un couché de soleil écarlate. Le pied ... " Dit-il joyeusement.

Il respira profondément, il semblait amoureux. Ses yeux pétillaient. Il profita de ces derniers instants de calme, car ils allaient très certainement bientôt arriver.

4 XP (78 lignes) + 1.5 XP + 0.2x2 XP = 5.9 XP - Selena


Dernière édition par Griffin White le Mer 25 Mai - 17:57, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
MJ-2

avatar

Nombre de messages : 134
Âge Réel : 92
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Mer 25 Mai - 0:55

Le membre 'Gabriel de Lioncourt' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

'Action!' : 74, 12, 96, 58, 73, 75, 28
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel de Lioncourt

avatar

Nombre de messages : 1023
Âge Réel : 27
Date d'inscription : 06/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 5
Age du Personnage:
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Jeu 26 Mai - 1:41

Cette petite phase de combat avait permit à Gabriel de juger ses deux compagnons d'infortunes, la petite Casey était pleine de vie et s'en sortait pas trop mal avec son coté femme enfant qui demande de l'aide face aux zombies. Elle lui rappelait son Lieutenant à la DGSE quand elle descendait sur le champ de bataille, une vrai gamine courant partout et crier à la moindre détonation mais tirant avec une précision mortelle, après tout c'était sa tache de protéger Gabriel bien caché derrière son M82 modifié tout droit sortit de la section « Armement et Recherches » des services secret Français, un peu un service à la James Bond sauf que dans ce cas là dur de faire passer l'imposante structure de l'arme comme un gadjet. Griffin quand à lui était en train de dormir quand l'attaque se produisit et il semblât avoir un peu de mal à se réveiller dans un premier temps puis fût d'une aide acceptable contre les marcheurs solitaires, mais rien de bien exceptionnel chez nos trois compagnons, Gabriel commençait à s'inquiéter pour la survie de leur expédition, il avait déjà perdu un homme lors de son précédant passage, et si cette femme de l'ordre de Malva n'était pas intervenu la jeune Ashley y serait resté elle aussi, Gabriel s'en serait surement sortit avec quelque égratignure mais vu le climat de Tokyo il valait mieux ne pas se retrouver blessé ou quoi que ce soit, la couche de pollution dans le ciel augmentait drastiquement la température la journée.

Le véhicule commençait à s'arrêter devant le grand bâtiment qu'était l'Université, Gabriel se rappelait les plans, rien de particulier un sous sol, un rez de chaussée et l'étage, une fac surtout grande en longueur plutôt qu'en altitude par rapport à toutes les autres facultés ou autres bâtiments de l'île Nippone. Il regardât ses deux accompagnateurs une dernière fois avant de leur donner les consignes vu qu'ils allaient se séparer une fois à l'intérieur.


[Gab]- Nous allons nous séparer en 3 une fois à l'intérieur, Casey tu t'occupera du premier étage, Griffin du rez de chaussée, et j'irais dans les sous sol. Il faudra faire vite et prendre le plus de ressources possible, si vous tombez sur un ennemie trop puissant ne jouez pas les hero et courrez vers la sortie la plus proche, j'aimerais éviter d'utiliser un sac de sport pour vous ramener. Vous prenez le maximum d'objets et vous courrez jusqu'au fourgon. C'est Partit.

Dès leur sortit du camion les 3 soldats se mirent en route vers la faculté vite stoppé par le cri de plusieurs Crimon Head, trois venait sur le flanc de Gabriel et un autre fonçait directement sur Griffin, Gabriel tirât une fois et touchât le deuxième monstre en plein buste, mais la tête de fil continuait à lui courir dessus jusqu'à ce que le Capitaine de Lioncourt lui fît sauter la tête d'une balle particulièrement bien placé, les deux autres arrivaient à vitesse grand W, 4 balles partirent du P90 de Gabriel et vinrent achever le premier Crimson sur lequel il avait tiré mais le dernier l'agrippât sauvagement et le jetât à terre en tombant sur lui, Gabriel plaquât son arme sous le menton de la chose qui tentait de de le croquer tout crue, il appelât Casey à la rescousse espérant la voir faire un head shot au premier coup, s'inquiétant un peu de son sort voyant les dents de la créature et ses yeux livides tenter de le mordre.

Spoiler:
 

Code:

Casey prend le premier étage et pendant sa fouille (8dés objets) tombe sur un Lickers.
Griffin sera au rez de chaussée (8dès objets aussi) et aura 3 cerbères sur le dos.
Quant à moi, je prend le Sous sol je roule 8dés aussi et me prend 2 araignées.

2 XP (43 lignes) + 1.5 XP + 0.8 XP = 4.3 XP

_________________

===
Ma Fiche === === Mon inventaire ===


Dernière édition par Gabriel de Lioncourt le Lun 30 Mai - 8:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MJ-2

avatar

Nombre de messages : 134
Âge Réel : 92
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Jeu 26 Mai - 1:41

Le membre 'Gabriel de Lioncourt' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

#1 'Créatures' :

--------------------------------

#2 'Action!' : 32, 95, 81, 86, 70, 31, 43, 78
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Mar 31 Mai - 15:29

    Le reste de la route sembla bien cours à toute la petite troupe qui venait déjà d'essuyer une vive résistance – si l'on pouvait utiliser ces termes en ce qui concerne les ABO – de la part de la « communauté » infectées. Tout n'était qu'une histoire de réflexes, physique et mentaux. Un peu de course, de dextérité, une pincée de poudre noire et vous voilà tranquille pendant, disons, une poignée de secondes le temps qu'une seconde troupes de sac à viande, alertée plutôt par les cris de leurs semblables, ne vienne vous proposer de prendre l'apéritif ensemble; seulement c'est vous l'amuse-bouche (nettement moins amusant). Une bière blonde, bien fraîche, voilà ce à quoi Casey rêvait actuellement. Sûrement à son retour tient ! Avec ses collègues, ils referont le monde : « avec des si on met Paris en bouteille ». L'heure était à la recherche. Un peu de concentration, la véhicule arriva à bon port peu de temps après la reprise de la route (tout dépend de la perception et de votre notion du temps). A peine la camionnette stoppée, Gabriel prit à partie ses deux accompagnateurs pour leur donner les derniers ordres. Une fois séparés, ils ne pouvaient compter que sur eux-mêmes et mieux valait tout fixer avant d'être dispatché. C'était une sorte de course contre la montre, en fantôme : plus vite ils seront à l'intérieur pour fouiller et les lieux et en retirer le plus important, plus vite ils pourront revenir au fourgon et repartir en espérant garder tous leurs membres sur leur tronc. Tous trois étaient affublés d'un sac de sport qu'ils avaient embarqué avec eux dès leur départ du Palais Impérial. Les portes du véhicule eurent à peine le temps de souffrir que le paysage de désolation offrait au groupe le privilège d'entendre en avant-première une symphonie de Crimson Head. Griffin et la belle brune filèrent en direction du grand bâtiment qui prenait place en face d'eux, pendant que Gabriel s'occupait de la dernière représentation de ces pauvres zombis, qui sûrement, en se levant ce matin, ne s'attendait pas à perdre la tête aujourd'hui. « Prend soin de toi... enfin tu m'as compris ! », plaça-t-elle entre deux coups de feux provenant de l'arme automatique de Lioncourt. Maintenant que le plus dur était derrière eux – c'est ce qu'ils pensaient naïvement une fois avoir passé les portes à battant de l'entrée – le duo reprit un rythme de marche normal pour s'arrêter au centre du hall d'entrée de l'immeuble. Comme la majorité des centres universitaires, le rez-de-chaussé comprenait tous l'équipement basique, ses aquariums d'accueil ainsi qu'un immense panneau d'affichage, renseignant de la composition de chaque étage. Au grand damne de nos deux américains, tous les renseignements importants semblaient être retranscrits en kanji japonais; il était donc quasiment impossible pour eux de cibler leurs recherches. Il fallait perdre le moins de temps possible : Gabriel se trouvait toujours à l'extérieur. « Avec un peu plus d'informations et si j'avais pu effectuer une meilleure analyse des lieux, on aurait pu cibler nos recherches... et Gabriel qui n'a pas l'air de se presser plus que ça. Tant pis, on y va à l'aveuglette. On se dépêche, j'espère ne pas avoir à venir te chercher dans les toilettes alors que tu seras en train de pleurnicher White ! ». Ce sont sur ses mots qu'elle quitta son co-équipier pour prendre la direction des escaliers de service; compte-tenu des différents sas à chaque étage, si la cage d'escalier était relativement vide, c'était l'endroit où elle avait le moins de chance de tomber nez-à-nez avec une abomination du virus-T.

    Il était temps de dégainer un semi-automatique. De sa main libre, Casey appuya délicatement sur le mécanisme d'ouverture de la porte pour se faufiler dans la cage d'escalier. Elle décrocha sa lampe torche de sa ceinture et l'alluma. Un léger filet de lumière rougeâtre éclaira alors à quatre mètres devant elle et de manière très nette : elle avait scotché une fine pellicule rouge faisant office de filtre , le rayon lumineux réduisait radicalement la profondeur du champ de vision, mais cela améliorait aussi très nettement la visibilité et les ABO étaient moins sensibles à ce type de rayon. Elle avançait tranquillement, marche après marche dans la pénombre la plus totale, heureusement qu'elle avait sa lampe torche sur elle en permanence. Elle prit le temps de s'arrêter au premier palier pour enclencher sa radio sur la réception de toutes les ondes courtes disponibles et pensait très sincèrement que les deux autres mâles en avaient fait de même. « Casey en approche du premier étage. Rien à signaler, à vous. ». Si cela servait très certainement à rien, parler rassurait un peu l'agent Menakian qui pour la première fois, s'aventurait dans un lieu qu'elle n'avait pas étudié de manière préalable.

    Ce fut sans encombres qu'elle atteignit le premier étage du bâtiment, comme elle put en croire le chiffre « 1 » peint en gros caractère sur la lourde porte coupe-feu que Casey venait de pousser pour poser le pied dans le couloir. Froid, humide et pestilentiel ce couloir. On change pas les bonnes habitudes. Encombré également; le pauvre souffrait d'une sorte de bronchite liée au virus-T, bien encombré le pauvre couloir. Débris, cadavres au sang coagulé qui pourrissaient et qui jonchaient le sol, abris de fortune et autre barrage n'ayant semblent-ils pas eu l'effet escompté. Tentant de se frayer un chemin parmi tout ce fatras, Casey enjambait chaque obstacle au fur et à mesure qu'elle avançait. De faibles rayons lumineux passaient à travers les tranches des stores, éclairant suffisamment le couloir pour que l'agent Menakian décide d'éteindre sa torche. Elle dégaina aussitôt son deuxième USP 45, qu'elle ramena près de sa tête, l'autre en position de tir, bras droit tendu. Scrutant les moindres recoins de la zone, elle évoluait dans un environnement sans portes. Depuis qu'elle s'était engouffrée dans la cage d'escalier de service, tout semblait trop calme... une présence commençait à se faire insistante, épiant chaque mouvement de la jeune femme. Tout se passa rapidement; une ombre monstrueuse fit une apparition éclair contre le mur, comme suspendue au plafond, puis plus rien. Se retournant à chaque passage de la chose, tentant de distinguer la moindre forme, Casey visait le plafond, mais rien de tangible. « Présence douteuse au premier étage, je répète présence douteuse au premier étage, demande appui si possible, à vous... ». Mais personne ne répondait, elle était toute seule. Un bruit strident se faisait alors entendre, raisonnant dans tout le couloir; en un instant, la bête décharnée tenait tête à Casey. Le licker respirait lourdement, se déplaçant de manière circulaire et suivant symétriquement les pas de la B.S.A.A. « Vas-t-en, je voudrais pas te faire mal petit... ». Elle parlait doucement, ce type de créature ayant l'ouï très sensible, le moindre bruit ou mouvement brusque signait votre arrêt de mort. D'un bond, la bête enfonça ses griffes dans le plafond, en position d'attaque. Dans sa riposte, Casey tira deux coups de feu dans les pattes du licker, ce qui n'eut pas l'effet escompté non plus. « Fais chier ! ». Sans plus attendre, elle prit la course sous le monstre qui retomba lourdement sur le sol, partant à la chasse. Casey ne regardait pas derrière elle, donnant tout ce qu'elle avait pour avoir la moindre chose de tomber sur une porte; une dizaine de seconde plus tard, elle s'engouffra dans la première pièce libre qu'elle trouva à sa droite. Elle eut juste le temps de ferme la porte et de barricader à l'aide d'une lourde table avant que le licker ne retombe à sa hauteur. L'ABO n'insista pas plus, Casey put l'entendre s'éloigner, mais pas question de perdre du temps pour autant.

    Par chance, elle était tombée sur une sorte d'avant-poste de fortune mis en place par les derniers survivants en date. Deux grosses étagères se trouvait contre les fenêtres; courant en leur direction, Casey tira les deux premières, sans succès. En effet, ces dernières étaient closes à l'aide d'une clé et ce n'était pas le moment pour partir à la recherche d'un cadavre avec une clé autour du cou. Elle eut plus de chance sur la troisième étagère... qui ne contenait que de vieux journaux datant du début de la pandémie, à en juger des photos en première page. Sans grand intérêt, elle le jeta au-dessus de son épaule. Derrière la dernière porte qu'elle réussit à forcer se trouvait une bouteille d'eau, qu'elle fourra dans son sac de sport. Direction quelques mètres plus loin, pour attaquer la seconde étagère; là c'est le hold-up. De l'autre côté de ces deux portes se trouve un coffre rouge entre-ouvert : une lampe-torche, deux grands rouleaux de scotch industriel et des cartouches de Magnum. Ces trouvailles prirent la même direction que la bouteille d'eau. En fouillant plus en profondeur la zone, Casey put découvrir une bouteille d'eau dans un tiroir. Elle aurait pu s'attarder encore un peu dans la pièce afin de rechercher plus de vivres, mais le devoir l'appelait... quelques grésillements puis une voix :« Casey ! Casey ! ». Gabriel, sa radio ! Et un écho, cela provenait d'en bas. Débarrassant le barrage de fortune qui se trouvait devant la porte, Casey se remit alors à courir, dévalant les escaliers principaux de la faculté pour sortir en toute vitesse du bâtiment. Un peu tard peut-être; il n'était plus là. Seuls les dépouilles de Crimson Head gisaient sur le sol.

    Code:
    HRP : désolé pour le coup des Crimson Head, je sais que tu ne t'attendais pas à cela mais j'ai zappé en écrivant mon post et je ne voulais pas revenir là-dessus en modifiant tout le début du message

    Spoiler:
     



    Noté par Gab. 7exp pour 120lignes + 2.9 de qualité.
Revenir en haut Aller en bas
MJ-2

avatar

Nombre de messages : 134
Âge Réel : 92
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Mar 31 Mai - 15:29

Le membre 'Casey I. Menakian' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

#1 'Action!' : 53, 57, 81, 26, 4, 30, 48, 89, 60, 44

--------------------------------

#2 'Objets' :
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel de Lioncourt

avatar

Nombre de messages : 1023
Âge Réel : 27
Date d'inscription : 06/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 5
Age du Personnage:
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Lun 6 Juin - 8:54

Casey n'avait pas entendu l'appel de Gabriel, il retenait toujours l'immonde créature qui tentait de le mordre, s'aidant du sol il réussit à repousser la créature suffisamment pour atteindre son Desert Eagle laissant son P90 tomber pour le moment, il visât et envoyât une balle directement entre les deux yeux du Crimson head qui lui avait sauté dessus quelques secondes plus tôt. Le calibre magnum de son arme fît un gros trous à l'arrière du crâne laissant visible la matière grise réduite en compote de la créature décérébré d'Umbrella.
Se relevant difficilement après cette lutte contre le monstre affamé de Lioncourt récupérât son arme principale la mettant en bandoulière lui préférant son arme de poing pour le moment.

Il pénétrât enfin dans l'université, il s'en rappelait peu étant donné que son passage fût des plus bref la dernière fois, cherchant la pauvre Ashley qui avait cru bon de se réfugier au premier étage que la belle amazone qui l'accompagnait avait nettoyer sans soucis, Casey ne devrait pas trouver beaucoup de résistance là haut. Elle semblait déjà partie et Griffin White lui déambulait déjà dans le couloir.Il rejoignît donc la cage d'escalier sans plus attendre, leur chauffeur allait revenir et ne les attendrait pas cent sept ans le retour des cowboy.

Arrivant devant le sas d'entrée sa radio crépitât, la jeune voix de Casey faisant son rapport, elle était encore bien éduqué comparé à la plupart des anciens soldats qui ont pu rejoindre les forces de défense de l'humanité. Il lui répondit un bref « entendu je descend l'escalier ».

Il arrivât dans un long couloir ne laissant pas de places pour une personne, il récupérât sa lampe torche qu'il avait scotché la dernière fois autour de son arme automatique. Il y avait 4 portes à droite et 3 sur la gauche, s'ensuivait un coude ou il aurait le choix entre la droite et la gauche. Peut importe pour le moment il essayât les 3 premières portes, mais rien a faire toutes verrouillées et solidement arrimées dans leurs gongs. Les 4 autres n'étaient pas plus conciliantes, un petit « vous ne passerez pas ! » se fît entendre, c'était Gabriel qui s'amusait, mais il s'arrêtât vite de rire quand il arrivât au bout du couloir et qu'il entendit un frottement juste au dessus de sa tête, pensant tout de suite à un lickers il se voyait déjà mort, mais sans réfléchir il sautât en arrière et tirât deux balles au plafond sans visé mais entendit un cri, pas celui de la créature écorchée à laquelle il avait pensé précédemment. Il jetât donc la lumière vers le plafond, et là c'était 1m50 sur au moins 2m30 de large d'une créature velu se tenant sur ses 7 pattes, la huitième jonchant le sol en frétillant. Une araignée géante se tenait devant Gabriel, il n'en avait jamais rencontré auparavant il visât un peu mieux une fois que l'horrible chose aux pattes non épilées était descendu du plafond pour faire face au Capitaine, il tira entre ses yeux et fît éclater l'exosquelette de l'arachide mais le trou, béant qu'il avait laissé lui montrait qu'elle avait également un squelette interne.

De Lioncourt trouvait ça fascinant, les araignées ne pouvaient pas dépasser une certaine taille car sinon leurs organes internes ne le supporteraient pas mais Umbrella avait réussit à leur faire avoir un squelette interne pour parer à ce problème, ils étaient peut être fous et sans scrupule, mais leur génie n'avait pas de limite pour autant. Mais ce n'était pas le moment de rêvasser, il descidât mentalement que s'il lui restait un nombre paire de balles il irait à gauche, sinon à droite, enlevant son chargeur il vît deux balles, plus celle dans le canon il lui en restait donc 3, il prit a droite.

Rangeant son Desert Eagle il enchâssât de nouveau sa lampe torche à son P90. Le couloir de droite recelait plusieurs barricades et des cadavres tous à moitié dissous, au vu des armes de ces hommes soit l'araignée était la dernière survivante d'un massacre soit Gabriel allait vite avoir de la compagnie, une porte semblait verrouillé par une lourde chaine et un gros cadena, mais la clé y était bien enfondé, un cadavre allongé sur la porte, le pauvre avait du mourir avant d'avoir le temps de ce mettre à l'abris.

Pas le temps pour s'apitoyer sur le sort de cet homme, le Capitaine ouvrit la porte et pénétrât une salle d'environ 30 mètre carré avec sur des tables plein de vivre et autres rations. Rien de bien passionnant pour autant, 7 bouteilles d'eau pure, une flasque d'alcool, une boite de cartouche pleine de 9mm et une à moitié entamée, un paquet de cigarette dont la première avait été retourné, il se rappelait son adolescence, beaucoup de ses copines faisaient ça en ouvrant leur paquet de clopes, et pour finir une ration qui avait survécu à l'appétit vorace du cadavre à coté de de Lioncourt, il avait du mourir empoisonné, son abdomen était totalement dissous, ces créatures ne rigolaient pas trop visiblement. Une fois le sac remplit il entreprit de repartir sur ses pas, et entendit de nouveau le frottement significatif des pattes velus sur les murs poreux des sous sols. Elle était sur le mur en face du couloir, petit problème pour passer, Gabriel sortit son arme de poing de gros calibre et tirât les 3 derniers coups faisant mouche coups sur coups ce qui fît reculer la créature suffisamment pour que Gabriel notre Frenchy puisse se faufiler avec son sac de sport plein a craquer lui procurant un sur poids certain.

Il remontât l'escalier 4 à 4 et trouvât en haut Casey ainsi que Griffin, ce dernier semblait avoir eût quelque problème canin mais sans gros bobo, heureusement pour lui, les doses anti viral du Palais se faisaient rare. Leur véhicule arrivait lui aussi, ils sautèrent à l'arrière pour rentrer au plus vite se remettre de cette mission de malheur.



Code:
 +4 exp pour tous les participants, Casey, Griffin et Moi même.

6 XP (990 mots) + 1.5 XP = 7.5 XP - Selena

_________________

===
Ma Fiche === === Mon inventaire ===


Dernière édition par Gabriel de Lioncourt le Ven 17 Juin - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MJ-2

avatar

Nombre de messages : 134
Âge Réel : 92
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   Lun 6 Juin - 8:54

Le membre 'Gabriel de Lioncourt' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

#1 'Objets' :


--------------------------------

#2 'Action!' : 48, 99, 80, 67, 37, 93, 77, 36, 51, 69, 8, 58, 9, 60, 78, 36, 75, 62, 22, 21
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hight School Of Death [Mission Hebdo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hight School Of Death [Mission Hebdo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Boston Hight School (Cleo)
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Josh Price [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil : Echoes :: AILLEURS SUR LE GLOBE :: L'ASIE :: TOKYO :: |Le quartier de SHINJUKU :: L'Université KOGAKUIN-
Sauter vers: