AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 小野田ダン (Onoda Dan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Onoda Dan

avatar

Nombre de messages : 66
Âge Réel : 37
Date d'inscription : 18/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 2
Age du Personnage: 23
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: 小野田ダン (Onoda Dan)   Lun 11 Oct - 23:30

Nom et prénom*: 小野田ダン Onoda Dan (
Age*: 二八 28
Nationalité: 日本 japonaise

Physique*:私は鏡の中を見れば、私は5フィート6と自分の体重で私措置は約61キロであることを言うことができる。私の肩に落ちて私の漆黒の髪。眉毛はわたしの民の癖される前に、厚、私は斜め目に名前を付ける必要がある黒。私の虹彩の色は多くの人々が色セイロンベンケイソウを呼び出すことが色になります。私はタイトな額や唇をボランティア。すべての私の筋肉はよく日焼けした私の皮膚の下に描かれています。しかし、私はダンサーのシルエットやボディービルダーよりもランナーでいます。私はあなたを言うことができる何人かの女性も何人かの人、私の体は迂回する価値があることによると。区別の機能?もちろん、私が持っている。様々な入れ墨を見てみましょう、私の体の上に振りかける。アジアの龍が私の左の肩甲骨を飾る。次に、いくつかの部族のシンボルと有刺鉄線が私の頭を飾っている。私は私の体を介して巻き、いくつかの傷跡、特に私の腹部に、私の僧帽を持っています。私は時間と場所で、これらの古い傷の原因を説明します。私はいつもシンプルなジーンズとランニングシューズに身を包んだています。私ももちろん、Tシャツ、古い革のジャケット。私の後ろの鞘とバックパックの中刀です。それが、私は最高と私ができるの外の自分の姿を説明してきたと思います。Si je me regarde devant une glace, je pourrais vous dire que je mesure dans les un mètre soixante-six et que mon poids est de 61 kilogrammes, approximatif. Mes cheveux noir de jais tombent au niveau de mes épaules. Sous mes épais sourcils noir se trouvent la particularité de mon peuple, j'ai bien sur nommer les yeux bridés. La couleur de mes iris sont d'une couleur que bien des gens appellent la couleur pers. J'ai le front volontaire et les lèvres exigus. Tous mes muscles sont bien dessinés sous ma peau bronzée. Mais j'ai plus la silhouette d'un danseur ou d'un coureur de fond que celui d'un culturiste. Je peux vous dire que selon plusieurs femmes, et même certain hommes, que mon corps vaut le détour. Signes particuliers? Bien sûr que j'en ai. Commençons par divers tatouages parsemer sur mon corps. Un dragon asiatique orne mon omoplate gauche. Ensuite plusieurs symboles tribales et des barbelés ornent mes biceps. J'ai plusieurs cicatrices qui zèbrent mon corps, surtout mon abdomen et sur mes trapèzes. Je vais vous expliquer la cause de ces anciennes blessures en temps et en lieux. Je suis toujours habillé d'un simple jeans avec des souliers de course. J'ai aussi bien entendu un t-shirt noir et une vieille veste de cuir. Dans mon dos repose le katana dans son fourreau et un sac à dos. Voilà, je crois que je vous ai décrit mon apparence extérieur du mieux que je pouvais.

Psychologie*:私は理解していれば今、あなたは私の野望、私の希望、私の考えかについてお話したいと思います!名誉と忠誠心は自分の道徳性の二つの最も顕著な美徳だけでなく、忠誠心、誠実さ、勇気、善良さと優しさ、誠実、尊重し、礼儀正しさ、謙虚さと謙虚さ、すべての状況においては、自己制御されます。みんなの義務は、医師、教師や指導者が注文の生活の例になるように、これらの原則を吸収するかどうかを示します。規律と精神、それが参照のための大使があるでしょう。ナイン基本的な美徳は、先祖代々は私の道徳的なコードを規定するものです。儒教では中国拠点、優しさと慈悲を指示偉大な人間になる。彼らは私たちの生活を尊重するために、私たちの隣人と環境に注意を払うように、支援することをお勧めします。真直度は、教訓は、ほとんどすべての私のコードの説得力がある。これは、義務の行を続け決して逸脱。忠誠心、正直さと誠実さが柱です。彼らは私たちには弱点が公正かつ合理的なことの決定を行うことができます。不屈の精神は、その危険に勇敢に立ち向かうになり、いわゆる勇気を苦しんで。私たちは、公正よう、すべての回で支えるために駆り立てる、その勇気が、すべてのイベントに直面する、我々の恐怖と我々の懸念にもかかわらず、私たちをことができます。謙虚さがなければ、コンプライアンスは、任意の自信が発生することはできませんないに関しては、可能です。信頼がなければ教育が与えられることはできませんまたは受信しています。このような高い人間関係はまだイーストで生きている。強度不足は私にとって、それは私の顔や自分の行動に自分の感情を表示させることです。名誉と道徳のコードはこのような制御の取得に基づいている武士道の伝統的な分野で教えてくれました。セルフコントロールを使用すると、希望の場合。名誉は、本質的な品質、我々の態度や見落として他のことの私達の方法を確立します。これは、個人の尊厳の値の激しい意識です。忠実度と、特定の理想とかれらを共有する者への忠誠心のない名誉はありません。フィデリティは、その約束を守るように、その約束を果たす不可避的な必要性を象徴しています。忠実は、彼の言葉と彼の行動に誠意が必要です。誠実さは彼の気持ちや誰でも本格的になりたがって自分の考えを、変装していない人のサインです。正直、私はすべての状況で正直なご滞在しようとするので、ブッシュ大統領よりも勇気のビジョンの延長線上にあった。誇りと虚栄心は真剣に、このコードの学習を妨げている。善良さと優しさが自分自身を評価する上で拘束せずに正直に話すことができない。見せかけの謙虚さの唯一の保証はなく学び、誇りと虚栄心から無料で謙虚になる。これらは私が人生で達成しようとする教義です。他の質問がありますか?Maintenant, si je comprends bien, vous voulez que je vous parle de mes ambitions, mes espérances, ma mentalités quoi! Honneur et fidélité sont les deux vertus les plus marquantes de ma ligne de conduite, mais aussi loyauté, droiture, courage, bonté et bienveillance, sincérité, respect et politesse, modestie et humilité, et, en toutes circonstances, contrôle de soi. Le devoir de chacun, qu'il soit pratiquant, dirigeant ou enseignant est de s’imprégner de ces principes afin d’être un exemple vivant. Il devra être un ambassadeur de la discipline et de l'esprit auquel il se réfère. Neuf vertus fondamentales régissent mon code moral qui est ancestrale. Vertu de base selon le confucianisme Chinois, la bonté et la bienveillance dénotent une grande humanité. Elles nous incitent à l'entraide, à être attentif à notre prochain et à notre environnement, à être respectueux de la vie. La rectitude, est e précepte le plus incontestable de tout mon code. C'est suivre la ligne du devoir, sans jamais s'en écarter. Loyauté, honnêteté et sincérité en sont les piliers. Elles nous permettent de prendre sans aucune faiblesse une décision juste et raisonnable. La force d'âme qui fait braver le danger et la souffrance s'appelle le courage. Ce courage qui nous pousse à faire respecter, en toutes circonstances, ce qui nous paraît juste, et qui nous permet, malgré nos peurs et nos craintes, d'affronter toutes les épreuves. Sans modestie, aucun respect n'est possible, sans respect aucune confiance ne peut naître. Sans confiance aucun enseignement ne peut être donné, ni reçu. Cette relation humaine élevée est encore vivante en Orient. Pour moi, laisser paraître mes émotions sur mon visage ou dans mes gestes est un manque de force. Le code d'honneur et de la morale traditionnelle enseignée dans les disciplines du Bushido est basé sur l'acquisition de cette maîtrise. Le contrôle de soi si vous préférez. L'honneur, qualité essentielle, établit notre attitude et notre manière d'être vis à vis des autres. C’est une intense conscience de la valeur de la dignité personnelle. Il n'y a pas d'honneur sans fidélité et loyauté à l'égard de certains idéaux et de ceux qui les partagent. La fidélité symbolise la nécessité incontournable de tenir ses promesses et remplir ses engagements. La fidélité nécessite la sincérité dans ses paroles et dans ses actes. La sincérité, c'est le signe de celui qui ne déguise ni ses sentiments, ni ses pensées, de celui qui veut être authentique. L'honnêteté était une extension de la vision du courage que le bushi avait, aussi je m'efforce de rester honnête dans toutes les situations.L'orgueil et la vanité freinent considérablement l'apprentissage de ce code. La bonté et la bienveillance ne peuvent s'exprimer sincèrement sans modération dans l'appréciation de soi-même. Savoir être humble, exempt d'orgueil et de vanité, sans faux-semblant est le seul garant de la modestie. Voilà les préceptes que j'essaie d'atteindre dans la vie. Vous avez d'autres questions?

Histoire*:京都、日本の大都市からe'm。私は父の唯一の子、自宅で母親のコンピュータでした。私は彼らが"オタク"と呼ばれるものでした。私は、その用語が本来の意味、今日を失っている知っている私にとっては単に"外国人"という意味。私の文化、生活しても、私自身の人生に東外国人。私はサイバースペースの世界に亡命を選んだ。カスタムは、日本のオタクのために作ら。私はすべての被験者のデータ収集の専門家だった。非常に市場で良好。私の世界では、私は非常に強力だった:より重要なのは、私が安全と感じました。

危機は完全な力、私の研究グループと日本を襲ったとき、私は時間の新しいトピックに動作するようになった。そして、私はアンデッドを任命した。私たちは生理学、行動、彼らの弱点は、この前例のない攻撃に直面する人間の態度を検討した。学校は最終的に利益のためにその扉を閉じたとき、私たちは二十四で事実上二十四時間を登録することができた。避難が始まっていたが、私は安全を感じ、脅威は何千マイルも離れたところであると考えられた。日本は、大丈夫非難されたが、私は日本に住んでいない。私は無料情報の世界に住んでいた。ゾンビは我々を怖がらせるしないと、彼らが興味を持つ。あなたは、私は現実から切り離されてどれだけ理解していない。私の文化、私の教育、今、私のオタクのライフスタイル、それがすべて完全に自分自身を分離するのを助けた。日本は日本が消えてしまう、避難ことができる:私は、私は山のデジタルの上からのそれを企図。私はアンデッドと同じように、されて区別されました。他のグループのメンバーでは、我々が共有するデータではなく、感情。も、彼らは他の後を消失し始めたとき。時々、私は、誰かが電子メールに応答を停止に気づいたか何かに長い時間のために掲載した。彼のサーバーをチェックして、私は、誰もが数日間、接続されて実現した。グループは、毎日とどまった。三日後、最後のポストは私だけでオタク仙台を受けていた。彼によると、彼の失業率と同じアパートに東北大学病院でゾンビの出撃。しかし、バンドが解散した場合であっても、私は情報を収集し続けた。私は非人間的な、他の苦しみに鈍感だった。私はベッドに行ってきました。

私が目を覚ましたとき、画面が空白に残った。私が接続している。何もない。私はコンピュータを再起動する。まだ何も。私は、バックアップバッテリーが実行されることに気づいた。問題はありませんでした。私は10時間ノンストップを取るのに十分な自律性を持っていた。そして私は、無信号の受信を持っていたことに気づいた。私はそれを信じることができませんでした。小倉は、日本全体として、また、ワイヤレスコンピュータネットワークアートおそらく絶対確実な恩恵を受けた。克服は不満で、私は彼女の携帯電話で母に電話してみました。ダイヤルトーンなし。その他のバッテリー。私は自分の携帯電話を使用していました。何もない。いいえ、ネットワーク。私は私の両親は事故に遭ったことを知っていた。どのくらいの期間、私は知っている。正確には何が起こった起こったか?私はまだか、わからない。私は確信している、彼らは私を捨てていないことを知っている。たぶん私の父が仕事の彼の場所で襲われた。そして、私の母は戻ってスーパーマーケットから。おそらく、彼らはそれが起こったとき、一緒にいた。それが何か彼らに発生する可能性があります。彼らは、私は何もないメモを残した。今日でも、私が探し続けた。私は自分のコンピュータに戻り、私は再度ログインして再試行。信じられないほどの、ない?私は安全、自分の世界に逃げ込むと思っていた。まだ何も。そこに、私はパニック状態。今すぐ!私は純粋な力が私のインターネットへの接続に成功するかのように、自分のコンピュータを命じた。今、今、今すぐ!今すぐ!今すぐ!私はあなたのナックルをスキニング私には、画面を数回押してください。自分の血の目的は、私は恐くなってしまいました。私はジャミ怪我をしていた子供の頃にスポーツをしないでください。このすべてがあまりにも多くの私のためだった。私は、画面をつかんで、私は壁に激突。私は赤ん坊のように泣いて、私は悲鳴を、私は窒息死だった。私は年間で倍増し、リビングルームですべてを吐いた。私はドアにずらすと何とか立ち上がった。私が探していたのかわからないが、私は種を持っていた。ドアが開いた後、私は暗闇の中を覗き込む。

私は漠然と"誰かがでしたか?"を試みた。のみかすかに答えうめき声。私の目は暗闇に慣れてきました。私は何か大きな、クロール人間の姿が見え始めた。私は私は、逃げようと思ったと同時に、私が望んで、麻痺してしまった...私は知っていた...私は確認したい...私のアパートのドアは壁にライトグレーの長方形を計画していた。ことが衝突したとき、私は離れて彼の顔を見た。そのままでは、完全に人間を除き、右目は、その軌道を外れてぶら下がっている。彼の左目が、彼は私を残していません。彼女のうめき声がかすれうなり声になったとき、私は一度に立ち上がって、私は私の後ろのドアを閉めて、私のアパートに駆けつけた。私は明確なアイデアを持っていた。年間で初めてかもしれないです。そして私はちょうど町全体が煙をかいだ、定期的に聞くことができる絶叫すると思います。私は窓に近づいていると私はカーテンを開けた。地獄は東京上空で撃墜された。遺跡では、建物を火災...アンデッドはどこにでもいた。私は路上またはそのバルコニーの人々を食べて、彼らは、建物を入力して家に侵入見た。私は人々が真空粉砕脊椎や足アスファルトの上に飛び込んで見ました。彼らは、ゾンビがそれらに近づくと死に叫んで、そこに移動することができない立っていた。アパート鉱山の横にある、男はゴルフクラブで自分自身を守った。それは、ゾンビの頭蓋骨に巻いていた5人は、彼に投げてきた。

私のドアに吹く私は昏睡から描きました。他のゾンビは、廊下をクロールされたものに参加するようになった。私は部屋の家具でドアを守ってみました。無駄に。私たちのアパートはかなり非常に塗装されていない、その方法で禅した。ドアが得られるようになった。私ははっきりとヒンジの弱体化を見た。私はすぐに逃げていた。そして、唯一のオプションは、バルコニーのためだった。私が一緒にシートを占有するかもしれないと私にロープのようなものを作ると思った。刑務所を逃げ出した囚人の映画のように。私はすぐにアンデッドがはびこって私のアパートから離れて実行しようとしていたので。幸いなことに、亜麻が開催しています。私は空気にぶら下がっての疲れは、下記のアパートに降下し始めた。すぐに、私は筋肉のけいれんを麻痺させていた。私は本当に彼らに注意を払ったことはない。そして、今ここで彼らは復讐を取っていた。私は19階建ての空虚さを忘れないようにしようとすると、自分の動きを制御するのに苦労しました。風は、ホットひどいと火災のために乾燥していた。突風が私をアンバランスと建物の壁に私を与えた。私は具体的な反対に返送し、私はほとんど行くことができます。私の足は、ほぼ以下のバルコニーの手すりに触れて、私は私に数センチを削除するすべての私の勇気を出していた。私は、煙で窒息死の半分を咳によってお尻に着陸した。明らかに、上記私のアパートの騒音を聞いた。ゾンビがドアを壊しに来ていた。私は私のバルコニーに見た頭が突き出て。生活は盲目手すりの下にスライドしようとしています。彼はその後、ボイド途中に、ちょっと立ち往生残った彼は"ヒップを与え、ロールオーバー。決して私はそれがまだ下がりから私を攻撃しようとしていたことを忘れないものとする。悪夢のビジョンは、空気にぶら下がって体、私に向かって両腕は、彼の目は半分に引き裂かれた額にくぎ付け。おびえたは、私が一人だったかどうかを確認するアパートになった。

幸いなことに、ドアがバリケードだった。と音が廊下から来ました。モーメントの空間が、私は、単独で感じたし、香りが私を襲った。私はバスルームのドアを滑らせた。腐敗雲と私には見えないがすぐにプッシュバックする。女性がお風呂にまだあった。彼女は見逃すことのできない、彼女の静脈、深いカットと垂直方向の開いていた。これは、スリと呼ばれていました。それは私が少し知っていた唯一の隣人だった。彼女は裕福な外国人ビジネスマンのためのこれらの豪華なプライベートクラブのいずれかでホステスとして働いていた。私は長い間彼女の裸の体についての空想でした。私は今、彼はのように見えたものを知っていた。それが見えるかもしれません奇妙なことに、本当に私を悩まか、その瞬間、私は死んでも、一切の祈りを知っていたということです。私は私の遺産に比べてかなり突飛だった...本当の恥。そして、私がいた出来るすべてのこと、馬鹿みたいにそこに立っていた彼はトラブルを借りる前に、いくつかの不器用な言い訳をつぶやくと。私は"縄"の長さを獲得する必要がありました。

私は非常に長いそこにとどまることができませんでした知っていた。死者の近接に伴うリスクに加えて、ゾンビも感じで終わるだろうとドアを壊し床にこだわりました。私は日本を脱出する方法を見つけなければならなかった。今のところ、私は特定のプランを持っていた。私が知っていたのは、彼が1階に、できるだけ早く階の床を行っていたということでした。ほんの少しの運では、各レベルでの即時停止を私に食べ物を収集する機会を与えるだろう。危険でさえ、私のスケールシートは、ゾンビが階段で確かに私を待っているよりも優れていた。それは3日かかった。私の脱力もあって。もトップアスリートは私のプロパティを使用して、ロープを受けたので、それは私のためだったのか想像することができます。振り返ってみると、それは私が地面にクラッシュしなかったこと、またはこれらすべての切り傷や擦り傷は私の降下中に苦しんだ私は、敗血症の死んでいるにも奇跡はです。私はアドレナリンのおかげで、鎮痛剤を望んでいた。私は睡眠の深刻な不足に加えて、物理的、神経質、疲れ果てていた。私は決して実際に他の可能性があります。夜、私は隅に、私はけがを治療していた空がクリアされるまで私は訓練の欠如を呪わ泣いに座っていたし、私ができる最高のように扉にバリケードを築いた。ある夜、私はまだ私の目を閉じて管理し、私がドアにアンデッドの鈍いthudsまで、数分以内に眠ってしまったと思う私はバルコニーに疾走する。私は以下のアパートの手すりに対して位置し、バルコニーの夜の残りの部分を過ごした。ブロックアクセスの2つの厚さの窓、スライドの私は単に、もはや力。私は2番目の障害を持っていた。精神一。私の強迫観念は、私が体系的に適切な機器を見て強制的にオタク。ウェブ検索では、私を教えていた:武器、衣料品や食品の選択が離れて薬を適応...問題は、都市施設のアパートの建物の中にそれらを見つけることだった。私はビジネスマンとバインダー"ハローキティ"ピンクのネオンスリとして、Macと下シートの私のロープに沿って薄い空気、染料、。それは、私に長い時間がかかった三日目に、私は信頼性の高い武器を除くすべてについてちょうど、私は必要なほとんどすべてを回復するために管理されます。私は本当に私を信じて、どこに見えたが、私は十分なハードタフな自分自身を守るために見つけることができませんでした。アパートマンションの品質包丁から。しかし、それは十分ではなかった。私は一通り、私は確かにラッキーと思いました。警官なのか、なぜそうしないの兵士のサービス武器の体に警棒を撮影?これらの反射は非常に近く、私を殺している。

私は本当に頭を煮込んだ。だから私はゾンビと直面して来て窓に近づいて、4階のバルコニーに着陸した。彼は引き裂かれたスーツに身を包んだ約25の若い男だった。彼の鼻が引きちぎられ、ガラスに対する彼の顔の血を貼った。私は戻って跳び、私はロープで自分を投げ、私は戻ってみました。私の腕が動作することを断った。どちらも痛みも火傷か何か、私はちょうど自分の限界に達している。アンデッドはうめき声とガラスを叩いて始めた。必死で、私が右に隣接バルコニーに達することを望んで、左からスイングしてみました。ガラスが壊れたゾンビが私の足をつかむことを試みた。私はすべての力を投げ返し、私はロープを滑らせて、私がいる可能な限り強制送還...不在。私は以下のバルコニーのため、今日まだここにいる場合。私の秋は、1つのすぐ下に私が最初に目指していた、私はまっすぐにつながっている。私は前方揺動と私はほぼ無効に飛び込んで、私の足に着陸した。しかし、私は方法がわからなくてもアパートで自分自身を発見した。私はすぐにはゾンビがあったことを確認した。部屋は空っぽだった。客室内には家具がドアに挟ま小さな伝統的なコーヒーテーブルです。疲労とデイズド、私は地面に倒れ、私はリビングルームの壁に沿ってクロールされます。私の目は部屋、神ダナ、小さな伝統的な神社だけで、他の"家具"の上に落ちました。何かが右側には、占領の自殺を説明する文字は、おそらく、地面にあった。風が私の到着に移動していた。私はそれを拾うために部屋を横切って苦しむ。多くの神は、中央に小さな鏡を持っているダナ。私は私の後ろの動きに気づいた。部屋の何かアウト。

アドレナリンがすぐに戻って自分の足にあった、私はフラッシュになって。老人はまだそこにあった、彼の顔は包帯。それは非常に長い時間復活されませんでした。彼は私に近づいて、私は偽造。私はまだ震えて足を持っていたとして、彼は髪が私をつかむことができた。私は自分自身を解放するのに苦労しました。彼は私と彼女の顔に近づいた。それは驚くほど彼の年齢のための筋だった。多くの私と、そうでない場合はさらにとして。しかし、それは壊れやすい骨は、私は彼らが私は彼が彼の腕には、ツイスト話したとき、クラック聞いたのままでした。私は胸の中で彼を押すと、彼が戻って手を髪のフル飛んだ。マイン。彼は壁、その壁の全体が落ちた覆われて割れたガラスで覆われていた写真を押してください。彼はうなって、私に向かって来た。私は自分で拾った、私はそれを避けて、私は彼の腕を知っていて、彼女の首に私のもう一方の手を閉じているときに私は彼に鍵を与えた。そして、私はそれを信じことがなかったことが遠吠えで、私はバルコニーにも急いで、私は宙に振れた。彼は歩道に真っ逆さまに墜落した。そこに彼は口笛を吹くと彼の壊れた体にもかかわらず、攪拌しながら、私を見つめ続けた。

突然、私はドアをノックする音が聞こえてきた。ゾンビが闘争の音を聞いていた。私は本能を動作していた。私はシートを元に戻す開始部屋に走った。私は、それは私にはあまりを、3つまたは4つ、それ以上だと思った、それは、最後の段階で十分だろうし、その...そして私は写真のように化石としても、停止します。それは他の私の関心を集めていたものだった。別の写真は、チャンバの壁に囲ま。黒と大きな粒と白色フィルム。伝統的な家族。父は、母、男の子、があった、何だろう老人が制服姿で十代だった。彼は手に何かを開催した。何か私はほとんど息を切らしていたことを確認します。私は写真を前にお辞儀を、彼女の目に涙をいっぱい浮かべ、私は"ありがとう"と述べた。若い人たちの手には刀だった。

私は老人の寝室クローゼットの下でそれを発見した。鞘はアルミニウムで作られ、非常にわずかに緑がかった、欠け、革のグリップがトカゲの皮膚が、鋼に置き換えていた...鋼... Handforged ...これは銀のように輝いていた。プレート、焼入れ鋼を並んで本格的なドリップときく隋、皇室の菊の装飾エッジ。真の芸術作品。戦争のために設計されています。私もbushiboの本を、私の人生の一部である授業が見つかりました。今すぐ武装、私はシートで自分のロープを終了して、私は通りに取ることができる。私は古い人間の頭をカットし、市のマリーナに向かって逃げた。私は、漁船を見つけることができる。数日後、私は日本の漁船に乗って撮影された、我々は、米国の海岸を参照してください。我々は、ペンタゴンに向かっていて、私はゾンビの大群に対してそれらを保護するために同行の生存者と会う。

Je suis originaire de la grande ville de Kyoto, au Japon. J'étais enfant unique d'un père informaticien et d'une mère au foyer. J'étais ce qu'on appelait un "otaku". Je sais que ce terme a perdu son sens originel aujourd'hui, mais pour moi, il signifiait "étranger", tout simplement. Étranger à ma culture, au mode de vie orientale et même à ma propre vie. J'avais choisi l'exil dans le monde du cyberspace. Du sur mesure pour un otaku japonais. J'étais un spécialiste de la collectes des données sur toutes les sujets. Et très doué par-dessus le marché. Dans mon monde, j'étais quelqu'un de très puissant : et plus important encore, je m'y sentais en sécurité.

Quand la crise à frappé le Japon de plein fouet, mon groupe de recherche et moi-même sommes mis au travail sur le nouveau sujet de l'heure. Et j'ai nommé les morts-vivants. Nous avons étudié leurs physiologie, leurs comportement, leurs points faibles et l'attitude de l'humanité face à cette attaque sans précédent. Quand l'école a fini par fermer ses portes pour de bon, nous avons pu nous brancher quasiment vingt-quatre heures sur vingt-quatre. L'évacuation avait commencer, mais je me sentais en sécurité et la menace avait l'air d'être à des milliers de kilomètres de distance. Le Japon était condamné, d'accord, mais moi je ne vivais pas au Japon. Je vivais dans un monde d'informations libres. Les zombies ne nous effrayaient pas, ils nous intéressaient. Vous ne vous rendez pas compte à quel point j'étais déconnecté de la réalité. Ma culture, mon éducation, et maintenant mon mode de vie otaku, tout ça contribuait à m'isoler complètement. Le Japon pouvait être évacué, le Japon pouvait disparaître : moi, je contemplerais tout ça du haut de ma montagne numérique. J'étais un être insensible, tout comme ces morts-vivants. Avec les autres membres du groupe, nous partagions des données et non des sentiments. Même quand ils ont commencé à disparaître les uns après les autres. De temps en temps, je remarquais que quelqu'un cessait de répondre aux e-mails, ou qu'il n'avait plus rien posté depuis longtemps. En vérifiant son serveur, je constatais que personne ne s'y était connecté depuis plusieurs jours. Le groupe diminua à chaque jours. Au bout du troisième jours, le dernier post que je reçu venait d'un otaku de Sendai. Il disait que les zombies sortaient en masse de l'hôpital universitaire de Tohoku, dans le même chô que son appartement. Mais même quand le groupe fut démanteler, je continua à recueillir des informations. J'étais inhumain et insensible aux souffrances des autres. Je me suis allé me couché.

Quand je me suis réveillé, l'écran est resté vierge. Je me suis connecté. Rien. J'ai redémarré l'ordinateur. Toujours rien. J'ai constaté que la batterie de secours fonctionnait normalement. Le problème ne venait pas de là. J'avais assez d'autonomie pour tenir une dizaine d'heures non-stop. ET puis j'ai remarqué que je n'avais aucun signal de réception. Je n'arrivais pas à y croire. Kokura, comme tout le Japon d'ailleurs, bénéficiait d'un réseau informatique sans fil dernier cri supposé infaillible. Dévoré par la frustration, j'ai essayé d'appeler ma mère sur son téléphone portable. Pas de tonalité. Plus de batterie. Je me suis servi de mon propre téléphone portable. Rien. Pas de réseau. J'ai su que mes parents avaient eu un accident. Depuis combien de temps, je l'ignore. Ce qu'il est arrivé arrivé exactement? Je l'ignore encore aujourd'hui, d'ailleurs. Je sais qu'ils ne m'ont pas abandonné, j'en suis persuadé. Peut-être que mon père s'est fait attaquer sur son lieu de travail. Et ma mère en revenant du supermarché. Ils étaient peut-être ensemble quand ça s'est passé. Il a pu leur arriver n'importe quoi. Ils m'ont laissé aucune note, rien. Encore aujourd'hui, je continu à chercher. Je retourna à mon ordinateur et j'ai essayé encore de me connecter à nouveau. Incroyable, non? Je continuais à vouloir m'échapper dans mon propre monde, en sécurité. Toujours rien. Là, j'ai paniqué.
Maintenant! ai-je ordonné à mon ordinateur, comme si la seule force de ma volonté réussirait à le connecter à Internet. Maintenant, maintenant, MAINTENANT! MAINTENANT! MAINTENANT! J'ai frappé l'écran à plusieurs reprises, à m'en écorcher les jointures. La vue de mon propre sang m'a terrifié. Je ne pratiquais aucun sport dans mon enfance, je n'ai jamis été blessé. Tout ça, c'était beaucoup trop pour moi. J'ai attrapé l'écran et je l'ai fracassé contre le mur. Je pleurais comme un bébé, je hurlais, j'avais l'impression d'étouffer. Je me suis plié en deux et j'ai vomi partout dans le salon. Je me suis relevé tant bien que mal pour tituber jusqu'à la porte d'entrée. J'ignore ce que je cherchais, mais il fallait que je sorte. Une fois la porte ouverte, j'ai regardé dans les ténèbres.

J'ai tenté un vague
"Il y a quelqu'un?". Seul un vague gémissement m'a répondu. Mes yeux s'habituaient tout juste aux ténèbres. J'ai commencé à distinguer quelque chose de gros, une forme humaine, qui rampait. J'étais paralysé, je voulais m'enfuir, mais en même temps, je voulais...Je voulais savoir... Je voulais m'assurer que... La porte de mon appartement projetait un rectangle de lumière grise sur le mur. Quand la chose l'a atteint, j'ai enfui vu son visage. Intact, parfaitement humain, excepté l'œil droit qui pendait hors de son orbites. Son œil gauche, lui, ne me quittait pas. Quand son gémissement s'est transformé en grognement rauque, je me suis relevé d'un coup et je me suis précipité dans mon appartement en refermant la porte derrière moi. J'avais les idées claires. Peut-être pour la première fois depuis des années. Et je venais tout juste de réaliser que toute la ville puait la fumée et qu'on entendait régulièrement des cris. Je me suis rapprocher de la fenêtre et j'ai ouvert les rideaux. L'enfer s'était abattu sur Tokyo. Les incendies, les immeubles en ruine... Les morts-vivants étaient partout. Je les voyais pénétrer dans les immeubles, envahir les appartements, dévorer les gens dans la rue ou sur leur balcon. J'ai vu des gens se jeter dans le vide et se fracasser les jambes ou la colonne vertébrale sur le bitume. Ils restaient là, incapables de bouger, hurlant à la mort à mesure que les zombies s'approchaient d'eux. Dans un appartement à côté du mien, un homme s'est défendu avec un club de golf. Il l'a enroulé autour du crâne d'un zombie, et cinq autres se sont jetés sur lui.

Les coups à ma porte me tirèrent de mon hébétement. D'autres zombies venait de se joindre à celui qui rampait dans le couloir. J'ai essayé de barricader la porte avec les meubles du salon. En vain. Notre appartement était plutôt zen, dans son genre, très dépouillé. La porte a commencé à céder. Je voyais distinctement les gonds faiblir. Il fallait que je m'enfuie au plus vite. Et la seul option était par le balcon. J'ai pensé que je pourrais peut-être attacher des draps ensemble et m'en faire une sorte de corde. Comme les films de prisonniers qui s'enfuyaient de la prison. Comme j'allais essayé de m'enfuir de mon appartement bientôt envahis par les morts-vivants. Fort heureusement, le lin a tenu bon. Je me suis lassé pendre dans le vide et j'ai commencé à descendre vers l'appartement du dessous. Immédiatement, des crampes m'ont tétanisé les muscles. Je n'avais jamais vraiment prêté attention à eux., et maintenant voilà qu'ils prenaient leur revanche. J'ai lutté pour maîtriser mes mouvements, m'efforçant d'oublier le vide de dix-neuf étages. Le vent était terrible, chaud et sec à cause des incendies. Une rafale m'a déséquilibré et m'a rabattu contre le mur de l'immeuble. J'ai rebondi contre le béton et j'ai failli lâcher prise. Mes pieds touchaient presque la rambarde du balcon du dessous et il m'a fallu rassembler tout mon courage pour me laisser tomber de quelques centimètres. J'ai atterri sur les fesses en toussant, à moitié étouffé par la fumée. J'entendais distinctement des bruits dans mon appartement, au-dessus. Les zombies avaient fini par enfoncer la porte. J'ai jeté un œil vers mon balcon ; une tête en dépassait. Le mort-vivant borgne qui essayait de se glisser sous la balustrade. Il est resté coincé un moment , à moitié dans le vide, puis il a donné un coup de hanche et il a basculer. Jamais je n'oublierai qu'il cherchait encore à m'attaquer en tombant. Une vision de cauchemar, ce corps suspendu dans le vide, les bras tendu vers moi, l'œil à moitié arraché collé au front. Apeuré, je me suis retourné vers l'appartement pour vérifier si j'étais seul.

Fort heureusement, la porte était barricadée. Et aucun bruit ne provenait du couloir. L'espace d'un moment, je me cru seul, et puis l'odeur m'a frappé. J'ai fait coulisser la porte de la salle de bains. Un nuage putride et invisible m'a aussitôt fait reculer. La femme était encore dans son bain. Elle s'était ouvert les veines, des coupures profondes et verticales, pour ne pas se rater. Elle s'appelait Suri. C'était la seule voisine que je connaissais un peu. Elle travaillait comme hôtesse de luxe dans un de ces clubs privés pour riches hommes d'affaires étrangers. J'avais longtemps fantasmé sur son corps nu. Je savais désormais à quoi il ressemblait. Aussi étrange que ça paraisse, ce qui m'a vraiment dérangé, sur le moment, c'est que je connaissais pas la moindre prière pour les morts. J'étais tellement décalé, par rapport à mon héritage... Une vrai honte. Et tout ce que j'arrivais à faire, c'était resté là, comme un idiot, à murmurer quelques excuses maladroites, avant de lui emprunter des draps. J'en avais besoin pour gagner des longueurs de "corde".

Je savais bien que je ne pourrais pas rester là très longtemps. En plus des risques liés à la proximité d'un cadavre, les zombies coincés à l'étage finiraient bien par me sentir et par enfoncer la porte. Il fallait que je trouve un moyen de fuir le Japon. Pour l'instant, je n'avais pas de plan particulier. Tout ce que je savais, c'était qu'il fallait descendre aussi vite que possible, étage par étage, jusqu'au rez-de-chaussée. Avec un peu de chance, un arrêt rapide à chaque niveau me donnerait l'occasion de rassembler quelques vivres. Même dangereuse, mon échelle de draps valait toujours mieux que les zombies qui m'attendaient à coup sûr dans l'escalier. Ça m'a pris trois jours. En partie à cause de ma faiblesse physique. Même un athlète de haut niveau aurait souffert en utilisant ma corde de fortune, alors vous imaginez ce que ça a été pour moi. Rétrospectivement, c'est même un miracle que je ne me suis pas écrasé au sol ou je ne sois pas mort d'une septicémie, avec toutes ces éraflures et ces coupures endurées pendant ma descente. Je tenais grâce à l'adrénaline et aux analgésiques. J'étais épuisé, physiquement et nerveusement, en plus du grave manque de sommeil. Je n'arrivais jamais vraiment à me reposer. à la nuit tombée, je barricadais la porte du mieux que je pouvais, puis je m'asseyais dans un coin en pleurant, je soignais mes blessures et je maudissais mon manque d'entraînement jusqu'à ce que le ciel s'éclaircisse. Une nuit, j'ai quand même réussi à fermer les yeux et je crois m'être endormi l'espace de quelques minutes, jusqu'à ce que les coups sourds d'un mort-vivant contre la porte me fassent détaler vers le balcon. J'ai passé le reste de la nuit sur le balcon, blotti contre la balustre de l'appartement du dessous. Deux épaisses baies vitrées en barraient l'accès, et j'avais tout simplement plus la force de les faire coulisser. J'avais un deuxième handicap. Mental, celui-là. Mes obsessions d'otaku m'obligeaient à chercher systématiquement le matériel adéquat. Mes recherches sur le Web m'avaient tout appris : choix des armes, vêtements et nourritures adaptés, médicaments à emportés... Le problème, c'était de les trouver dans un immeuble d'habitation pour citadins moyens. J'avais l'air fin, teins , à descendre le long de ma corde de draps, avec un imper d'homme d'affaires et le cartable "Hello Kitty" rose fluo de Suri. Ça m'avait pris beaucoup de temps, mais le troisième jour, j'avais réussi à récupérer à peu près tout ce dont j'avais besoin, à peu près tout sauf une arme fiable. J'ai vraiment cherché partout, croyez-moi, mais je n'ai rien trouvé de suffisamment dur et résistant pour me défendre. À part un couteau de cuisine de qualité dans un appartement. Mais ce n'était pas assez. Je me disais qu'une fois dans la rue, j'aurai sûrement plus de chance. Une matraque prise sur le cadavre d'un policier, ou pourquoi pas l'arme de service d'un militaire? Ces réflexions ont bien failli me tuer.

J'avais vraiment la cervelle en compote. J'ai donc atterri sur le balcon du quatrième étage, je me suis approché des baies vitrées où je suis tombé nez à nez avec un zombie. C'était un jeune homme d'environ vingt-cinq ans, vêtu d'un costume déchiré. Il avait le nez arraché et collait son visage ensanglanté contre la vitre. J'ai fait un bond en arrière, je me suis jeté sur ma corde et j'ai essayé de remonter. Mes bras ont refusé de fonctionner. Ni la douleur, ni les brûlures, ni rien, j'avais juste atteint mes limites. Le mort-vivant s'est mis à gémir et à marteler la vitre. De désespoir, j'ai essayé de me balancer de gauche a droite en espérant atteindre le balcon adjacent. La vitre s'est brisé et le zombie a voulu s'agripper à mes jambes. Je me suis projeter en arrière de toutes mes forces, j'ai laissé filer la corde et je me suis déporté aussi loin que possible... Raté. Si je suis encore là aujourd'hui, c'est grâce au balcon du dessous. Ma chute m'y a entraîné tout droit, juste en dessous de celui que je visais au départ. Je suis retombé sur mes pieds, j'ai basculé en avant et j'ai bien failli sauté dans le vide. Mais je me suis retrouvé dans un appartement sans trop savoir comment. J'ai immédiatement vérifié qu'il n'y avait aucun zombie. Le salon était vide. L'unique mobilier de la pièce consistait en un petite table basse traditionnelle calé contre la porte d'entrée. Abruti de fatigue, je me suis écroulé au sol et j'ai rampé le long du mur du salon. Mes yeux sont tombés sur le seul autre "meuble" dans la pièce, un kami dana, un petit sanctuaire shinto traditionnel. Il y avait quelque chose par terre, juste à côté, probablement une lettre expliquant le suicide de l'occupant des lieux. Le vent avait dû la déplacer à mon arrivée. J'ai traversé la pièce en clopinant pour la ramasser. Beaucoup de kami dana possèdent un petit miroir au milieu. J'ai aperçu un mouvement derrière moi. Quelque chose sortait de la chambre.

L'adrénaline m'a immédiatement remis sur pieds et je me suis retourné en un éclair. Le vieux était encore là, le visage bandé. Il ne s'était pas réanimé depuis très longtemps. Il s'est approché de moi ; j'ai feinté. Comme j'avais encore les jambes tremblantes, il a réussi à m'attraper par les cheveux. Je me suis débattu pour me libérer. Il a approché son visage du mien. Il était étonnamment musclé pour son âge. Au moins autant que moi, si ce n'est plus. Mais il avait quand même les os fragiles, je les ai entendus craquer quand je lui ai tordu le bras. Je l'ai frappé en pleine poitrine et il a volé en arrière, la main pleine de cheveux. Les miens. Il a percuter le mur, les photos qui couvraient la totalité de ce mur sont tombés et l'ont recouvert de verre brisé. Il est revenu vers moi en grognant. Je me suis ramassé sur moi-même, je l'ai évité, j'ai sais son bras et je lui ai fait une clé tout en refermant mon autre main sur sa nuque. Et là, avec un hurlement dont je me serais jamais cru capable, je me suis précipité vers le balcon et je l'ai balancé dans le vide. Il s'est écrasé la tête la première sur le trottoir. Là, il a continué à me regarder en sifflant et en remuant malgré son corps brisé.

Soudain, j'ai entendu des coups à la porte d'entrée. Les zombies avaient entendu les bruits de lutte. Moi je ne fonctionnait plus qu'à l'instinct. J'ai couru vers la chambre où j'ai commencé à défaire les draps. Je me disais qu'il ne m'en fallait pas beaucoup, trois ou quatre, pas plus, et que ça suffirait pour les dernier étages, et puis... Et puis je me suis arrêté, pétrifié ,aussi immobile qu'une photographie. C'était ce qui avait attiré mon attention d'ailleurs. Une autre photo, encadrée, sur le mur de la chambre. Noir et blanc, du film à gros grains. Une famille traditionnelle. Il y avait un père, une mère, le petit garçon, et ce qui devait probablement être le vieil homme adolescent, en uniforme scolaire. Il tenait quelque chose dans sa main. Quelque chose qui m'a presque coupé le souffle. Je me suis incliné devant la photographie, les yeux pleins de larmes, et je lui ai dit "arigato". Dans la main de l'adolescent se trouvait un katana.

Je l'ai trouvé dans le fond de du placard de la chambre du vieillard. La gaine était en aluminium, très ébréchée, un peu verdâtre, un grip en cuir avait remplacé la peau de lézard, mais l'acier... L'acier... Forgé à la main... Il brillait comme de l'argent massif. Plate, les bord décoré de kiku-sui, le chrysanthème impérial, avec d'authentique coulure qui bordaient l'acier trempé. Une véritable œuvre d'art. Conçu pour la guerre. Je trouva aussi un livre sur le bushido, les enseignements qui font parties de ma vie. Maintenant armé, je finis ma corde avec les draps et je put descendre dans la rue. Je trancha la tête du vieillard et je m'enfuis vers un des port de plaisance de la ville. Je put trouver un bateau de pêcheur. Quelques jours plus tard, je fut pris à bord d'un chalutier japonais et nous allons vers les côtes américaines. Nous avons rencontrer des survivants qui se dirigeaient vers le Pentagone et je les accompagna pour les protéger contre les hordes de zombies.





Groupe*:Ordre du Malvas

Rang/poste:
Éclaireur

Classe de personnage*:
Survivant au aguets

Équipement:
Katana, couteau, holster et sac de sport

Points de compétence:
Agilité +5
Dextérité +5
Perception + 5
Discrétion +10
Éloquence/ Charisme +5
Explosif -5
Conduite -5
Pilotage -5
Arme lourde -5

Pour les 30 points
+10 arme de corps à corps
+15 agilité
+5 perception


Spécialisation d'arme:
Corps à corps

Code du règlement*:
House of the dead

Avatar:
Jeong Ji-Hoon


Dernière édition par Onoda Dan le Jeu 14 Oct - 7:47, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amy Leroux
Membre du TaskForce 164
avatar

Nombre de messages : 2227
Âge Réel : 25
Localisation : A Montreal
Date d'inscription : 21/10/2009

Feuille de personnage
Niveau: 10
Age du Personnage: 32 ans
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Mar 12 Oct - 12:47

Et bah j'Espère qu'il y aura une traduction a quelque part Smile Question de pas tous remettre sur google Traduction x_x Wink Sinon bonne continuaton ^_^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://echoes.forums-rpg.com/
Gabriel de Lioncourt

avatar

Nombre de messages : 1023
Âge Réel : 27
Date d'inscription : 06/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 5
Age du Personnage:
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Mar 12 Oct - 15:08

Suffit de repasser el texte en Black (a)

_________________

===
Ma Fiche === === Mon inventaire ===
Revenir en haut Aller en bas
Onoda Dan

avatar

Nombre de messages : 66
Âge Réel : 37
Date d'inscription : 18/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 2
Age du Personnage: 23
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Mer 13 Oct - 21:25

Voilà j'ai fini. J'espère que tout est en ordre et que vous allez autant aimer lire mon historique que j'ai aimer autant l'écrire! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Père Benjamin Blue

avatar

Nombre de messages : 1055
Âge Réel : 40
Localisation : en transition
Date d'inscription : 25/03/2010

Feuille de personnage
Niveau: 7
Age du Personnage: 41
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Mer 13 Oct - 21:26

Superbe texte!

_________________


Mon inventaire
This is ten percent luck, twenty percent skill
Fifteen percent concentrated power of will
Five percent pleasure, fifty percent pain
And a hundred percent reason to remember the name... GOD is the name



EXP Rp: 174.1
EXP Combat: 41.1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Jeu 14 Oct - 1:34

Original le texte en japonais Smile
Bienvenue sur le forum sinon Wink
Revenir en haut Aller en bas
Père Benjamin Blue

avatar

Nombre de messages : 1055
Âge Réel : 40
Localisation : en transition
Date d'inscription : 25/03/2010

Feuille de personnage
Niveau: 7
Age du Personnage: 41
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Jeu 14 Oct - 2:31

Je crois que tu peux jouer maintenant (autorisation d'un Administrateur), juste à te faire ta feuille de personnage et préparer ton inventaire. Pour ta feuille, c'est un administrateur qui doit te la faire.

_________________


Mon inventaire
This is ten percent luck, twenty percent skill
Fifteen percent concentrated power of will
Five percent pleasure, fifty percent pain
And a hundred percent reason to remember the name... GOD is the name



EXP Rp: 174.1
EXP Combat: 41.1
Revenir en haut Aller en bas
Onoda Dan

avatar

Nombre de messages : 66
Âge Réel : 37
Date d'inscription : 18/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 2
Age du Personnage: 23
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Jeu 14 Oct - 12:57

J'ai hâte de commencer. Mon inventaire est prêt!
Revenir en haut Aller en bas
Luke Barret

avatar

Nombre de messages : 70
Âge Réel : 37
Date d'inscription : 12/09/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Age du Personnage:
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Ven 15 Oct - 8:36

Salut mon boy, belle fiche et très longue. Au plaisirs de te couvrir ton cul depuis ma cabine de pilotage. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Sam 16 Oct - 2:01

Bienvenue et bon jeu Smile
Revenir en haut Aller en bas
Kai-lee Mulder

avatar

Nombre de messages : 403
Âge Réel : 29
Localisation : Direction du Japon
Date d'inscription : 14/06/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Age du Personnage: 23
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Sam 16 Oct - 10:43

Bienvenue frère d'arme !! Tu arrives juste au bon moment Smile J'avais justement besoin d'un alliés pour m'entraîner au Katana ! LOL quelle coincidence !
Revenir en haut Aller en bas
Onoda Dan

avatar

Nombre de messages : 66
Âge Réel : 37
Date d'inscription : 18/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 2
Age du Personnage: 23
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Sam 16 Oct - 19:16

Oui ma chère amie. Je me ferais une joie de vous apprendre l'art du bushido et aussi les arts martiaux selon votre convenance.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Leroux
Membre du TaskForce 164
avatar

Nombre de messages : 2227
Âge Réel : 25
Localisation : A Montreal
Date d'inscription : 21/10/2009

Feuille de personnage
Niveau: 10
Age du Personnage: 32 ans
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   Sam 16 Oct - 22:16

Je viens d'ajuster ta feuille de personnage ^_^ Sinon sans hésitations je crois que tu pourras commencé (J'ai pas vue que sa été clairement dit x))

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://echoes.forums-rpg.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 小野田ダン (Onoda Dan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
小野田ダン (Onoda Dan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil : Echoes :: INFORMATIONS PRIMAIRES :: IDENTIFICATION :: Les FICHES VALIDÉES-
Sauter vers: